Dans une étude qui remonte à mars 2018, le consultant PwC a estimé le coût net de ce mécanisme à 5,2 milliards d'euros sur 15 ans, soit 345 millions d'euros par an. Mais le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, la Creg, est beaucoup plus pessimiste. Selon ses estimations, le coût de ce soutien se situerait entre 600 et 940 millions d'euros par an. Mis en place par le gouvernement fédéral, le mécanisme de soutien visent à stimuler les investissements permettant à la Belgique de produire suffisamment d'énergie après la fermeture des centrales nucléaires en 2025. Un texte est récemment revenu du Conseil d'Etat et doit passer vendredi ne deuxième lecture augouvernement, après quelques adaptations. Il devra encore être déposé au parlement. (Belga)