"Beaucoup de services essentiels ont été soit partiellement soit complètement interrompus", a-t-il déclaré lors d'une visioconférence organisée par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l'Union africaine. "L'interruption d'autres services comme les campagnes de vaccination et le traitement du paludisme et du sida, menace d'anéantir des décennies de progrès", a prévenu le directeur de l'OMS. Bien que l'Afrique soit relativement bien moins touchée que la plupart des autres régions du monde, avec plus de 326.000 cas recensés pour plus de 8.600 morts, la propagation sur le continent "augmente rapidement", a-t-il souligné. Malgré des tests encore très insuffisants dans beaucoup de pays africains, tous ont désormais depuis mardi la capacité de mener leur propres tests, a-t-il indiqué. (Belga)

"Beaucoup de services essentiels ont été soit partiellement soit complètement interrompus", a-t-il déclaré lors d'une visioconférence organisée par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l'Union africaine. "L'interruption d'autres services comme les campagnes de vaccination et le traitement du paludisme et du sida, menace d'anéantir des décennies de progrès", a prévenu le directeur de l'OMS. Bien que l'Afrique soit relativement bien moins touchée que la plupart des autres régions du monde, avec plus de 326.000 cas recensés pour plus de 8.600 morts, la propagation sur le continent "augmente rapidement", a-t-il souligné. Malgré des tests encore très insuffisants dans beaucoup de pays africains, tous ont désormais depuis mardi la capacité de mener leur propres tests, a-t-il indiqué. (Belga)