Le contrôle de ces enfants " fantômes ", déplore la députée Caroline Cassart-Mailleux (MR), est opéré chaque année à Bruxelles,...

Le contrôle de ces enfants " fantômes ", déplore la députée Caroline Cassart-Mailleux (MR), est opéré chaque année à Bruxelles, en collaboration avec la Communauté flamande, et une année sur deux seulement en Wallonie. Et il n'y aurait que 21 personnes pour y mener à bien cette mission. C'est peu, dit la députée, d'autant que le nombre d'enfants à contrôler va augmenter avec l'abaissement de l'âge de l'obligation scolaire. La ministre de l'Education, Caroline Désir (PS, photo) a promis le recrutement de cinq personnes supplémentaires pour permettre un contrôle annuel de la présence des enfants à l'école en Région wallonne.M. La.