Dans une rare interview accordée au journal palestinien Al-Qods, le gendre de Donald Trump a réaffirmé la volonté des Etats-Unis de relancer le processus de paix israélo-palestinien, avec ou sans les Palestiniens. "Le président (Mahmoud) Abbas dit qu'il est attaché à la paix et je n'ai aucune raison de ne pas le croire", a déclaré M. Kushner à Al-Qods. "Cependant, je me demande dans quelle mesure le président Abbas a la capacité ou la volonté de s'engager afin de conclure un accord". "Les deux parties devront faire un pas en avant et se retrouver à mi-chemin (...). Je ne suis pas sûr que le président Abbas soit en mesure de faire cela", a-t-il ajouté. Après son arrivée à la Maison blanche en janvier 2017, Donald Trump a chargé Jared Kushner de formuler un plan en vue de parvenir à un "accord ultime" entre Israël et les Palestiniens. Depuis le 19 juin, M. Kushner a rencontré différents dirigeants régionaux, dans le cadre d'une discrète tournée effectuée en compagnie de l'émissaire spécial de Donald Trump pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt. Aucune rencontre n'est toutefois prévue avec les responsables palestiniens: les contacts entre l'Autorité palestinienne et Washington sont rompus depuis que Donald Trump a décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre. Au journal Al-Qods, Jared Kushner a affirmé que le plan américain, dont aucun détail précis n'a filtré, était "presque prêt", et qu'il pourrait être présenté sans le consentement des Palestiniens. "Si le président Abbas est prêt à revenir à la table (des négociations), nous sommes prêts à discuter, sinon nous publierons probablement le plan", a-t-il dit. Le haut responsable palestinien Saëb Erakat a réagi en estimant que le gendre du président Trump était "le représentant d'une politique qui contraint plutôt que négocie". (Belga)

Dans une rare interview accordée au journal palestinien Al-Qods, le gendre de Donald Trump a réaffirmé la volonté des Etats-Unis de relancer le processus de paix israélo-palestinien, avec ou sans les Palestiniens. "Le président (Mahmoud) Abbas dit qu'il est attaché à la paix et je n'ai aucune raison de ne pas le croire", a déclaré M. Kushner à Al-Qods. "Cependant, je me demande dans quelle mesure le président Abbas a la capacité ou la volonté de s'engager afin de conclure un accord". "Les deux parties devront faire un pas en avant et se retrouver à mi-chemin (...). Je ne suis pas sûr que le président Abbas soit en mesure de faire cela", a-t-il ajouté. Après son arrivée à la Maison blanche en janvier 2017, Donald Trump a chargé Jared Kushner de formuler un plan en vue de parvenir à un "accord ultime" entre Israël et les Palestiniens. Depuis le 19 juin, M. Kushner a rencontré différents dirigeants régionaux, dans le cadre d'une discrète tournée effectuée en compagnie de l'émissaire spécial de Donald Trump pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt. Aucune rencontre n'est toutefois prévue avec les responsables palestiniens: les contacts entre l'Autorité palestinienne et Washington sont rompus depuis que Donald Trump a décidé de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre. Au journal Al-Qods, Jared Kushner a affirmé que le plan américain, dont aucun détail précis n'a filtré, était "presque prêt", et qu'il pourrait être présenté sans le consentement des Palestiniens. "Si le président Abbas est prêt à revenir à la table (des négociations), nous sommes prêts à discuter, sinon nous publierons probablement le plan", a-t-il dit. Le haut responsable palestinien Saëb Erakat a réagi en estimant que le gendre du président Trump était "le représentant d'une politique qui contraint plutôt que négocie". (Belga)