Son avocat, Walter Damen, a indiqué qu'il allait faire appel de cette décision.

Melikan Kucam est soupçonné de trafic d'êtres humains, d'organisation criminelle, de corruption passive et de détournement. M. Kucam était l'un des particuliers qui, en concertation avec le cabinet de l'ancien secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA), rédigeait des listes de personnes pouvant entrer en ligne de compte pour l'octroi d'un visa humanitaire. Il s'agissait notamment de membres de la communauté chrétienne assyrienne. Il aurait reçu entre 2.000 et 10.000 euros pour mettre des noms sur cette liste. M. Kucam nie les faits qui lui sont reprochés.

Le quadragénaire est entre-temps incarcéré depuis 10 semaines et la chambre du conseil a décidé de prolonger sa détention dans l'intérêt de l'enquête. M. Kucam va faire appel de cette décision et comparaîtra donc endéans les deux semaines devant la chambre des mises en accusation.

Son fils, âgé de 21 ans, a été relâché lundi sous conditions. Il ne peut notamment pas entrer en contact avec son père.

Son avocat, Walter Damen, a indiqué qu'il allait faire appel de cette décision.Melikan Kucam est soupçonné de trafic d'êtres humains, d'organisation criminelle, de corruption passive et de détournement. M. Kucam était l'un des particuliers qui, en concertation avec le cabinet de l'ancien secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA), rédigeait des listes de personnes pouvant entrer en ligne de compte pour l'octroi d'un visa humanitaire. Il s'agissait notamment de membres de la communauté chrétienne assyrienne. Il aurait reçu entre 2.000 et 10.000 euros pour mettre des noms sur cette liste. M. Kucam nie les faits qui lui sont reprochés. Le quadragénaire est entre-temps incarcéré depuis 10 semaines et la chambre du conseil a décidé de prolonger sa détention dans l'intérêt de l'enquête. M. Kucam va faire appel de cette décision et comparaîtra donc endéans les deux semaines devant la chambre des mises en accusation. Son fils, âgé de 21 ans, a été relâché lundi sous conditions. Il ne peut notamment pas entrer en contact avec son père.