Le CSS s'était réuni en urgence en raison d'une demande du ministre Frank Vandenbroucke et du président de la taskforce vaccination, Dirk Ramaekers, précise la RTBF. La question portrait sur la poursuite ou la suspension provisoire des injections du vaccin AstraZeneca en Belgique. Le délai était fixé avant 13h00 lundi, explique le média public. Les experts consultés estiment "qu'il n'y a pas de preuve d'une incidence augmentée de phénomène thromboembolique lié à l'administration du vaccin d'AstraZeneca" et "que le bénéfice de son emploi dépasse les risques éventuels", écrit la RTBF. Les experts du CSS s'alignent donc sur la position de l'EMA, en faveur de la poursuite de la campagne, tout en précisant qu'ils suivraient l'agence européenne si elle devait changer d'avis. Le CSS insiste également pour "mettre tout en ?uvre pour éclaircir les doutes qui ont poussé certaines autorités à suspendre provisoirement l'administration de ce vaccin", poursuit la RTBF. Plusieurs pays européens, dont la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Italie ont suspendu par précaution l'administration du vaccin AstraZeneca après le signalement de cas d'"incidents thromboemboliques" parmi les personnes vaccinées avec ce produit. (Belga)

Le CSS s'était réuni en urgence en raison d'une demande du ministre Frank Vandenbroucke et du président de la taskforce vaccination, Dirk Ramaekers, précise la RTBF. La question portrait sur la poursuite ou la suspension provisoire des injections du vaccin AstraZeneca en Belgique. Le délai était fixé avant 13h00 lundi, explique le média public. Les experts consultés estiment "qu'il n'y a pas de preuve d'une incidence augmentée de phénomène thromboembolique lié à l'administration du vaccin d'AstraZeneca" et "que le bénéfice de son emploi dépasse les risques éventuels", écrit la RTBF. Les experts du CSS s'alignent donc sur la position de l'EMA, en faveur de la poursuite de la campagne, tout en précisant qu'ils suivraient l'agence européenne si elle devait changer d'avis. Le CSS insiste également pour "mettre tout en ?uvre pour éclaircir les doutes qui ont poussé certaines autorités à suspendre provisoirement l'administration de ce vaccin", poursuit la RTBF. Plusieurs pays européens, dont la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Italie ont suspendu par précaution l'administration du vaccin AstraZeneca après le signalement de cas d'"incidents thromboemboliques" parmi les personnes vaccinées avec ce produit. (Belga)