La Chambre avait approuvé le 11 mars dernier le projet de loi qui adapte le Mécanisme de rémunération de capacité (CRM) approuvé sous la législature précédente. Il prend notamment en compte une résolution votée l'été dernier à une large majorité. Le CRM organise un système d'enchères de capacité de production d'électricité en vue de la sortie du nucléaire en 2025. La première d'entre elles aura donc bien lieu, comme attendu, en octobre prochain. D'ici là, la Commission européenne se sera en principe prononcée sur la compatibilité du CRM avec les règles en matière d'aides d'État. La Vivaldi avait déjà confirmé la fermeture des sept centrales nucléaires belges d'ici 2025. "Cinq des sept réacteurs nucléaires ne peuvent de toute façon pas rester ouverts parce qu'ils sont trop vieux et trop coûteux pour garantir leur sécurité plus longtemps", commente vendredi la ministre Van der Straeten. Selon elle, le besoin de nouvelles infrastructures énergétiques flexibles est distinct de la fermeture des deux dernières centrales nucléaires. "Aujourd'hui, les éoliennes en mer sont éteintes lorsque le vent souffle, car elles produisent trop d'électricité et manquent de flexibilité. C'est le monde à l'envers. D'ici 2030, près de la moitié de notre production énergétique sera constituée d'énergies renouvelables. C'est le double de ce que nous avons aujourd'hui", fait-elle valoir. "Davantage d'énergie renouvelable signifie que nous avons besoin de sources d'énergie d'appoint flexibles, qui peuvent être activées et désactivées lorsqu'il y a beaucoup ou peu de soleil et de vent. Nous permettons dès lors aux personnes qui veulent investir dans notre pays de le faire maintenant. En tant que transition, le gaz à faible teneur en carbone est un maillon indispensable sur la voie d'une énergie 100 % renouvelable", estime-t-elle. "Et nous réduisons le nombre de centrales au gaz au strict minimum. Deux ou peut-être trois centrales électriques au gaz seront finalement déployées, soit beaucoup moins que prévu. En outre, nous investissons également dans le développement de technologies qui rendront les centrales à gaz aussi respectueuses de l'environnement que possible." (Belga)

La Chambre avait approuvé le 11 mars dernier le projet de loi qui adapte le Mécanisme de rémunération de capacité (CRM) approuvé sous la législature précédente. Il prend notamment en compte une résolution votée l'été dernier à une large majorité. Le CRM organise un système d'enchères de capacité de production d'électricité en vue de la sortie du nucléaire en 2025. La première d'entre elles aura donc bien lieu, comme attendu, en octobre prochain. D'ici là, la Commission européenne se sera en principe prononcée sur la compatibilité du CRM avec les règles en matière d'aides d'État. La Vivaldi avait déjà confirmé la fermeture des sept centrales nucléaires belges d'ici 2025. "Cinq des sept réacteurs nucléaires ne peuvent de toute façon pas rester ouverts parce qu'ils sont trop vieux et trop coûteux pour garantir leur sécurité plus longtemps", commente vendredi la ministre Van der Straeten. Selon elle, le besoin de nouvelles infrastructures énergétiques flexibles est distinct de la fermeture des deux dernières centrales nucléaires. "Aujourd'hui, les éoliennes en mer sont éteintes lorsque le vent souffle, car elles produisent trop d'électricité et manquent de flexibilité. C'est le monde à l'envers. D'ici 2030, près de la moitié de notre production énergétique sera constituée d'énergies renouvelables. C'est le double de ce que nous avons aujourd'hui", fait-elle valoir. "Davantage d'énergie renouvelable signifie que nous avons besoin de sources d'énergie d'appoint flexibles, qui peuvent être activées et désactivées lorsqu'il y a beaucoup ou peu de soleil et de vent. Nous permettons dès lors aux personnes qui veulent investir dans notre pays de le faire maintenant. En tant que transition, le gaz à faible teneur en carbone est un maillon indispensable sur la voie d'une énergie 100 % renouvelable", estime-t-elle. "Et nous réduisons le nombre de centrales au gaz au strict minimum. Deux ou peut-être trois centrales électriques au gaz seront finalement déployées, soit beaucoup moins que prévu. En outre, nous investissons également dans le développement de technologies qui rendront les centrales à gaz aussi respectueuses de l'environnement que possible." (Belga)