Le Conseil a tenu une réunion au sujet du navire, le FSO Safer, à la demande de la Grande-Bretagne après que les négociations pour autoriser l'ONU à inspecter le navire ont atteint une "impasse" selon les rebelles. Vieux d'environ 45 ans et contenant 1,1 million de barils de brut, le FSO Safer est ancré depuis 2015 en mer Rouge, à une soixante de kilomètres des premières zones habitées du Yémen, pays en guerre depuis 2014. Une marée noire pourrait détruire les écosystèmes de cette mer, faire fermer le port vital de Hodeida pendant six mois et exposer plus de 8,4 millions de personnes à des niveaux élevés de polluants, selon des études indépendantes. Les membres du Conseil de sécurité ont exhorté les Houthis à "faciliter un accès sûr et sans conditions aux experts de l'ONU afin qu'ils mènent une évaluation impartiale et globale ainsi qu'une mission de réparation préliminaire sans délai", selon un communiqué. L'inspection du navire, dont l'état se détériore, traîne depuis des années entre demandes d'accès de l'ONU et refus des Houthis, qui contrôlent la capitale Sanaa et une grande partie du nord du pays. Les rebelles yéménites reprochent à l'ONU d'avoir refusé de prendre en charge les opérations de maintenance du navire dans le cadre d'un accord signé en novembre 2020. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) a informé le Conseil de sécurité lors de la réunion que l'équipe de l'ONU "restait prête à se déployer". Cette mission "se tiendra prête pour aussi longtemps que nous avons des financements de donateurs", a dit une responsable de l'Ocha, Reena Ghelani. "Certains de ces fonds, toutefois, vont commencer à se tarir bientôt, nous espérons donc que les choses vont commencer à bouger bien, bien plus vite", a-t-elle ajouté. (Belga)

Le Conseil a tenu une réunion au sujet du navire, le FSO Safer, à la demande de la Grande-Bretagne après que les négociations pour autoriser l'ONU à inspecter le navire ont atteint une "impasse" selon les rebelles. Vieux d'environ 45 ans et contenant 1,1 million de barils de brut, le FSO Safer est ancré depuis 2015 en mer Rouge, à une soixante de kilomètres des premières zones habitées du Yémen, pays en guerre depuis 2014. Une marée noire pourrait détruire les écosystèmes de cette mer, faire fermer le port vital de Hodeida pendant six mois et exposer plus de 8,4 millions de personnes à des niveaux élevés de polluants, selon des études indépendantes. Les membres du Conseil de sécurité ont exhorté les Houthis à "faciliter un accès sûr et sans conditions aux experts de l'ONU afin qu'ils mènent une évaluation impartiale et globale ainsi qu'une mission de réparation préliminaire sans délai", selon un communiqué. L'inspection du navire, dont l'état se détériore, traîne depuis des années entre demandes d'accès de l'ONU et refus des Houthis, qui contrôlent la capitale Sanaa et une grande partie du nord du pays. Les rebelles yéménites reprochent à l'ONU d'avoir refusé de prendre en charge les opérations de maintenance du navire dans le cadre d'un accord signé en novembre 2020. Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) a informé le Conseil de sécurité lors de la réunion que l'équipe de l'ONU "restait prête à se déployer". Cette mission "se tiendra prête pour aussi longtemps que nous avons des financements de donateurs", a dit une responsable de l'Ocha, Reena Ghelani. "Certains de ces fonds, toutefois, vont commencer à se tarir bientôt, nous espérons donc que les choses vont commencer à bouger bien, bien plus vite", a-t-elle ajouté. (Belga)