La déclaration du Conseil, approuvée par les 15 membres unanimement, a été publiée la veille d'un sommet convoqué au Nigeria pour discuter de la réponse régionale à apporter aux exactions de Boko Haram, dont la violence a poussé à l'exil plus de 2.6 millions de personnes au Nigeria et dans les pays voisins. Le Conseil condamne toutes les attaques terroristes et la violence de Boko Haram, dont "les tueries, l'enlèvement et autres violences contre les civils, notamment les enfants et les femmes, les pillages, les viols, l'esclavage sexuel et la violence sexuelle, le recrutement et l'utilisation d'enfants, et la destruction de propriétés civiles." La déclaration souligne que les personnes responsables de ces violations "doivent répondre de leurs actes et être traduites en justice". Le Conseil exige aussi la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes enlevées et toujours en captivité, dont les 219 écolières enlevées à Chibok en avril 2014. (Belga)

La déclaration du Conseil, approuvée par les 15 membres unanimement, a été publiée la veille d'un sommet convoqué au Nigeria pour discuter de la réponse régionale à apporter aux exactions de Boko Haram, dont la violence a poussé à l'exil plus de 2.6 millions de personnes au Nigeria et dans les pays voisins. Le Conseil condamne toutes les attaques terroristes et la violence de Boko Haram, dont "les tueries, l'enlèvement et autres violences contre les civils, notamment les enfants et les femmes, les pillages, les viols, l'esclavage sexuel et la violence sexuelle, le recrutement et l'utilisation d'enfants, et la destruction de propriétés civiles." La déclaration souligne que les personnes responsables de ces violations "doivent répondre de leurs actes et être traduites en justice". Le Conseil exige aussi la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes enlevées et toujours en captivité, dont les 219 écolières enlevées à Chibok en avril 2014. (Belga)