"La presse a été confrontée à des événements inouïs par leur ampleur et le volume d'informations à traiter en peu de temps. La responsabilité sociale est mise à l'épreuve à partir du moment où on doit" raconter ces histoires, a indiqué en guise d'introduction Marc De Haan, lors d'une conférence de presse sur le bilan 2015 de l'instance d'auto-régulation. Un événement marquant souligné par le CDJ a été la publication de la photo d'Aylan, enfant décédé sur une plage turque. "Nous avons eu une plainte, non recevable, mais nous avons rendu un avis", précise Marc de Haan. Cet avis mentionnait qu'aucune faute déontologique n'avait été commise. "Nous sommes parfois amenés à publier des choses choquantes, qui se justifient au nom de l'intérêt général", souligne le président. Au total, le CDJ a ouvert 51 dossiers de plaintes l'an dernier, un nombre constant ces dernières années. La presse écrite et quotidienne reste le principal média visé par ces plaintes, avec 30 dossiers sur 51, soit 59% (+4% par rapport à 2014). Viennent ensuite la télévision (24%), la presse écrite périodique (8%), la presse en ligne (6%) et la radio (2%). Sudpresse est la principale cible des plaintes, avec 21 dossiers sur 51 les concernant (dont 7 ont abouti à un avis de plainte fondée). Le groupe est suivi par la RTBF (7), RTL et la Dernière Heure (6 chacun). La conférence de presse marquait aussi le changement de secrétaire général du CDJ, puisque Muriel Hanot remplacera officiellement André Linard le 2 mai. (Belga)

"La presse a été confrontée à des événements inouïs par leur ampleur et le volume d'informations à traiter en peu de temps. La responsabilité sociale est mise à l'épreuve à partir du moment où on doit" raconter ces histoires, a indiqué en guise d'introduction Marc De Haan, lors d'une conférence de presse sur le bilan 2015 de l'instance d'auto-régulation. Un événement marquant souligné par le CDJ a été la publication de la photo d'Aylan, enfant décédé sur une plage turque. "Nous avons eu une plainte, non recevable, mais nous avons rendu un avis", précise Marc de Haan. Cet avis mentionnait qu'aucune faute déontologique n'avait été commise. "Nous sommes parfois amenés à publier des choses choquantes, qui se justifient au nom de l'intérêt général", souligne le président. Au total, le CDJ a ouvert 51 dossiers de plaintes l'an dernier, un nombre constant ces dernières années. La presse écrite et quotidienne reste le principal média visé par ces plaintes, avec 30 dossiers sur 51, soit 59% (+4% par rapport à 2014). Viennent ensuite la télévision (24%), la presse écrite périodique (8%), la presse en ligne (6%) et la radio (2%). Sudpresse est la principale cible des plaintes, avec 21 dossiers sur 51 les concernant (dont 7 ont abouti à un avis de plainte fondée). Le groupe est suivi par la RTBF (7), RTL et la Dernière Heure (6 chacun). La conférence de presse marquait aussi le changement de secrétaire général du CDJ, puisque Muriel Hanot remplacera officiellement André Linard le 2 mai. (Belga)