Le nouveau groupe sera guidé par trois principes fondamentaux: l'accessibilité sans distinction de revenus, l'excellence et la proximité qui passera par le maintien d'entités géographiques distinctes. La majorité emmenée par le socialiste Philippe Close aurait voulu voir les hôpitaux publics de la Ville, Saint-Pierre et Brugman, associés à ce futur vaisseau de 1.400 lits, 850 médecins et 4.800 travailleurs, mais les conseils médicaux de ceux-ci ont refusé d'entrer dans la danse nuptiale. La porte ne leur est pas fermée pour autant dans les textes fondateurs, a souligné lundi Philippe Close lors d'une longue présentation des enjeux de ce rapprochement. Les libéraux et le cdH ont reproché au bourgmestre et à sa majorité d'avoir mené l'opération à la hussarde dans un contexte sanitaire qui ne permet pas vraiment de procéder à ce type de réforme sereinement. Sans remettre en cause le soutien historique des libéraux aux hôpitaux publics de la Ville, David Weytsman a notamment fait part de ses craintes face à certaines incertitudes encore à lever sur le plan juridique et financier. Il redoute que la Ville ne doive prendre en charge malgré elle une partie du coût de la construction à 300 millions d'euros du New Erasme et une dette de 200 millions d'euros. Philippe Close a précisé que l'Institut Bordet, un des piliers de l'association, souhaitait y voir clair avant l'inauguration de sa nouvelle implantation sur le site d'Erasme, dans huit mois. L'intégration en elle-même des trois hôpitaux prendra plusieurs mois. Le deadline est fixé à la fin du mois de juin de l'an prochain. A terme, il y aura un seul conseil médical, un seul budget et un seul réseau. Selon le bourgmestre, il faudra deux ans pour aboutir à une gestion commune. Cela passera également par l'intégration des statuts. Septante pour-cents des médecins seront salariés, ce qui leur permettra de contribuer à la recherche médicale. Pour le personnel soignant, l'intégration des statuts sera étalée sur cinq ans. Le conseil d'administration sera composé de 14 membres. Aucun des référents (ULB et Ville de Bruxelles) n'y aura la majorité. Chacun d'eux y disposera de cinq sièges, aux côtés de deux représentants du corps médical et de deux indépendants. (Belga)

Le nouveau groupe sera guidé par trois principes fondamentaux: l'accessibilité sans distinction de revenus, l'excellence et la proximité qui passera par le maintien d'entités géographiques distinctes. La majorité emmenée par le socialiste Philippe Close aurait voulu voir les hôpitaux publics de la Ville, Saint-Pierre et Brugman, associés à ce futur vaisseau de 1.400 lits, 850 médecins et 4.800 travailleurs, mais les conseils médicaux de ceux-ci ont refusé d'entrer dans la danse nuptiale. La porte ne leur est pas fermée pour autant dans les textes fondateurs, a souligné lundi Philippe Close lors d'une longue présentation des enjeux de ce rapprochement. Les libéraux et le cdH ont reproché au bourgmestre et à sa majorité d'avoir mené l'opération à la hussarde dans un contexte sanitaire qui ne permet pas vraiment de procéder à ce type de réforme sereinement. Sans remettre en cause le soutien historique des libéraux aux hôpitaux publics de la Ville, David Weytsman a notamment fait part de ses craintes face à certaines incertitudes encore à lever sur le plan juridique et financier. Il redoute que la Ville ne doive prendre en charge malgré elle une partie du coût de la construction à 300 millions d'euros du New Erasme et une dette de 200 millions d'euros. Philippe Close a précisé que l'Institut Bordet, un des piliers de l'association, souhaitait y voir clair avant l'inauguration de sa nouvelle implantation sur le site d'Erasme, dans huit mois. L'intégration en elle-même des trois hôpitaux prendra plusieurs mois. Le deadline est fixé à la fin du mois de juin de l'an prochain. A terme, il y aura un seul conseil médical, un seul budget et un seul réseau. Selon le bourgmestre, il faudra deux ans pour aboutir à une gestion commune. Cela passera également par l'intégration des statuts. Septante pour-cents des médecins seront salariés, ce qui leur permettra de contribuer à la recherche médicale. Pour le personnel soignant, l'intégration des statuts sera étalée sur cinq ans. Le conseil d'administration sera composé de 14 membres. Aucun des référents (ULB et Ville de Bruxelles) n'y aura la majorité. Chacun d'eux y disposera de cinq sièges, aux côtés de deux représentants du corps médical et de deux indépendants. (Belga)