Le boni cumulé est de 7,256 millions d'euros, ce qui contribue, selon lui, à la poursuite de l'amélioration de la situation financière de la commune la plus densément peuplée de la capitale.

Pour mieux situer la valeur de ce résultat, on rappellera que le budget 2018 misait sur un peu plus de 85,3 millions d'euros de dépenses et sur un léger boni de près de 53.000 euros.

Depuis 2013, Saint-Josse ne fait plus partie des 10 communes mises sous tutelle financière de la Région.

Selon Emir Kir, le résultat très positif a été obtenu malgré les investissements dans des infrastructures au service de la population (quatre nouvelles crèches, une maison des enfants, la rénovation de la piscine communale, ...) et les mesures de soutien au pouvoir d'achat des habitants.

Le bourgmestre explique le résultat de l'an dernier par la politique volontariste de limitation des dépenses en frais de fonctionnement et la capacité de la commune à augmenter ses recettes en provenance des aides régionales mobilisées par exemple dans le cadre du contrat de quartier de l'"axe Louvain", pour soutenir la construction de logements, de crèches et d'écoles.

Le résultat a également été influencé par une hausse des recettes IPP notamment via le remboursement d'arriérés par le SPF Finances, et de celles provenant de la taxe sur les chantiers (+209.000 euros).

Par ailleurs, la zone de police et le CPAS ont rétrocédé 4,3 millions d'euros à la commune pour des dépenses non effectuées.

M. Kir a enfin indiqué que le budget 2020 serait conforme aux engagements du plan budgétaire triennal transmis l'an dernier à la Région bruxelloise.