Ces dernières années, le commerce équitable a connu une croissance notable sur le marché belge. En 2018, ses produits ont progressé de 24% par rapport à 2017, tirés principalement par les bananes, le café et le chocolat, les trois produits phares du label tricolore. La marge de progression reste cependant importante. Si près d'une banane sur cinq vendues en Belgique est estampillée Fairtrade, le café et le chocolat frôlent à peine la barre des 5%. Le label Fairtrade fait par ailleurs face à plusieurs défis. Selon le baromètre 2018 du commerce équitable publié par le Trade for Development Centre, les Belges associent principalement la consommation responsable à l'achat de produits de saison (49%) et de produits locaux issus de circuits courts (39%). En revanche, ils sont bien moins nombreux (15%) à faire le lien avec les produits équitables, importés de l'hémisphère sud. Pourtant, "les deux tendances convergent vers une consommation plus responsable", affirme le Trade for Development Centre, les partenaires du Sud étant rétribués à un juste prix. Aux yeux du public, l'assortiment des produits équitables peut également paraître restreint, même s'il se diversifie peu à peu. Récemment, des baskets, des vêtements "slow fashion" et le Fairphone 3 sont venus s'ajouter au panier. La démarche équitable s'applique par ailleurs de plus en plus aux producteurs belges et européens. "Les initiatives se multiplient. Un nouveau label du Collège des producteurs, 'Prix juste producteurs', certifie différents produits locaux", commente Samuel Poos, du Trade for Development Centre. "La Fédération belge du commerce équitable, intègre aussi de plus en plus de brasseurs, d'agriculteurs et de plateformes de distribution en circuit court parmi ses membres. Sans oublier Fairebel, qui propose depuis 2009 du lait équitable", poursuit-il. Cette tendance fait écho aux préoccupations environnementales grandissantes des Belges. "70 % estiment qu'acheter des produits locaux est une bonne chose pour l'environnement, alors qu'ils ne sont que 25% à le penser pour les produits équitables", ajoute Samuel Poos. "Pour garder son rôle de pionnier, le secteur doit miser à l'avenir sur quelques moteurs essentiels: une meilleure intégration de l'aspect local, des garanties relatives à l'impact réel et - surtout pour les jeunes - un accent mis sur les aspects climatiques et environnementaux", résume Jean Van Wetter, directeur d'Enabel, l'Agence belge de Développement en charge du Trade for Development Centre. A partir de ce mercredi, un éventail d'activités organisées aux quatre coins de la Belgique mettra l'accent sur le commerce équitable. Parmi celles-ci, des ateliers, des débats, des petits-déjeuners ou encore un hackathon viseront à sensibiliser les citoyens au rôle qu'ils peuvent jouer à travers leurs achats individuels. Le programme complet peut être consulté sur le site web https://www.weekvandefairtrade.be/ (Belga)