De légers assouplissements sont attendus. Un retour partiel en présentiel dans l'enseignement supérieur devrait être autorisé de même qu'une augmentation de la bulle sociale en extérieur. Vendredi passé, le comité de concertation a décidé d'un temps mort pour se donner le temps d'examiner la situation. Les dirigeants politiques du pays sont face à une équation compliquée: le nombre d'hospitalisations augmente mais il n'explose pas comme on le redoutait vendredi passé. "Nous devons trouver des réponses équilibrées aux attentes des citoyens, entre les nécessités du corps et de l'esprit, les mesures sanitaires et les mesures en lien avec la santé mentale. On demande de pouvoir permettre des contacts sociaux avec les précautions que l'on connaît", a souligné à son arrivée le vice-Premier ministre Ecolo, Georges Gilkinet. Les autres ministres n'ont pas fait de commentaire. Quelques citoyens ont manifesté leurs revendications. Des représentants de l'association "Trace ton cercle", qui réclame des assouplissements pour les jeunes, ont lâché discrètement des ballons devant l'entrée du Palais tandis qu'une poignée de croyants se sont rassemblés pour demander la reprise des offices religieux sans la limitation actuelle à 15 fidèles. (Belga)

De légers assouplissements sont attendus. Un retour partiel en présentiel dans l'enseignement supérieur devrait être autorisé de même qu'une augmentation de la bulle sociale en extérieur. Vendredi passé, le comité de concertation a décidé d'un temps mort pour se donner le temps d'examiner la situation. Les dirigeants politiques du pays sont face à une équation compliquée: le nombre d'hospitalisations augmente mais il n'explose pas comme on le redoutait vendredi passé. "Nous devons trouver des réponses équilibrées aux attentes des citoyens, entre les nécessités du corps et de l'esprit, les mesures sanitaires et les mesures en lien avec la santé mentale. On demande de pouvoir permettre des contacts sociaux avec les précautions que l'on connaît", a souligné à son arrivée le vice-Premier ministre Ecolo, Georges Gilkinet. Les autres ministres n'ont pas fait de commentaire. Quelques citoyens ont manifesté leurs revendications. Des représentants de l'association "Trace ton cercle", qui réclame des assouplissements pour les jeunes, ont lâché discrètement des ballons devant l'entrée du Palais tandis qu'une poignée de croyants se sont rassemblés pour demander la reprise des offices religieux sans la limitation actuelle à 15 fidèles. (Belga)