"Le variant britannique est devenu dominant dans notre pays. On pourrait dire que l'on est entré dans une nouvelle phase. Ce n'est pas une augmentation exponentielle mais ça ne veut pas dire qu'elle n'est pas inquiétante car même une augmentation linéaire devient intenable", a souligné M. De Croo. L'expression de "troisième vague" est aujourd'hui clairement utilisée: "Je suis convaincu que cette troisième vague, on va la casser", a expliqué le Premier ministre. A partir de samedi, les magasins non essentiels ne pourront accueillir des clients que sur rendez-vous. Leur nombre variera en fonction de la taille du magasin mais il ne pourra dépasser 50 personnes. Le "click & collect" reste possible. Les magasins essentiels (alimentation, pharmacies, hygiène, tissus, fleuristes et pépinières, télécom et librairies) peuvent quant à eux continuer à accueillir des clients sans rendez-vous. Quelques semaines après avoir rouvert, les métiers de contact doivent à nouveau fermer à partir de samedi, c'est-à-dire les coiffeurs et barbiers, les salons de beauté, de pédicure non médicale, de manucure, de massage, et de tatouage et de piercing. Les cours de tous les niveaux d'enseignement sont suspendus à partir de lundi. Les écoles maternelles resteront toutefois ouvertes. Des examens peuvent avoir lieu durant la semaine précédant les vacances de Pâques. Une garderie est prévue pour les enfants dont les parents exercent des fonctions où le télétravail est impossible et pour les personnes qui sont dans l'impossibilité de garder leurs enfants. Les camps de jeunes et activités parascolaires restent autorisés, mais uniquement pendant les vacances de Pâques et en groupes de 10 jeunes maximum, sans nuitée. L'élargissement de la bulle de contact en extérieur repasse à 4 personnes après avoir été élargie brièvement à 10 personnes. Et pour le reste, la bulle de contact rapproché reste limitée à une personne. Comme annoncé, les contrôles du respect de l'obligation de télétravail seront renforcés. Les employeurs devront tenir un registre précisant les personnes présentes sur le lieu de travail et à quel moment. Les voyages non essentiels restent interdits pendant les vacances de Pâques. Les contrôles aux frontières seront "sensiblement" renforcés. Le nombre maximal de participants pour les manifestations statiques sur la voie publique est limité à 50 personnes. "La priorité absolue est de rouvrir les écoles. Ce doit être possible après Pâques", a indiqué le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke. "On espère que c'est la dernière fois qu'on vient devant vous avec des mesures restrictives", a assuré le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet. Son collègue wallon, Elio Di Rupo, a insisté sur la nécessité à laquelle devaient répondre les différents gouvernements: "Je comprends le ras-le-bol que peuvent ressentir les citoyens mais la situation est grave et pourrait devenir catastrophique", a-t-il averti. Les mesures particulières appliquées à Bruxelles (couvre-feu à partir de 22h, fermeture des magasins à 20h, port du masque en rue et interdiction de consommer de l'alcool dans l'espace public) sont prolongées, a fait savoir le ministre-président Rudi Vervoort. Selon lui, les chiffres dans la capitale sont "plus que préoccupants". (Belga)

"Le variant britannique est devenu dominant dans notre pays. On pourrait dire que l'on est entré dans une nouvelle phase. Ce n'est pas une augmentation exponentielle mais ça ne veut pas dire qu'elle n'est pas inquiétante car même une augmentation linéaire devient intenable", a souligné M. De Croo. L'expression de "troisième vague" est aujourd'hui clairement utilisée: "Je suis convaincu que cette troisième vague, on va la casser", a expliqué le Premier ministre. A partir de samedi, les magasins non essentiels ne pourront accueillir des clients que sur rendez-vous. Leur nombre variera en fonction de la taille du magasin mais il ne pourra dépasser 50 personnes. Le "click & collect" reste possible. Les magasins essentiels (alimentation, pharmacies, hygiène, tissus, fleuristes et pépinières, télécom et librairies) peuvent quant à eux continuer à accueillir des clients sans rendez-vous. Quelques semaines après avoir rouvert, les métiers de contact doivent à nouveau fermer à partir de samedi, c'est-à-dire les coiffeurs et barbiers, les salons de beauté, de pédicure non médicale, de manucure, de massage, et de tatouage et de piercing. Les cours de tous les niveaux d'enseignement sont suspendus à partir de lundi. Les écoles maternelles resteront toutefois ouvertes. Des examens peuvent avoir lieu durant la semaine précédant les vacances de Pâques. Une garderie est prévue pour les enfants dont les parents exercent des fonctions où le télétravail est impossible et pour les personnes qui sont dans l'impossibilité de garder leurs enfants. Les camps de jeunes et activités parascolaires restent autorisés, mais uniquement pendant les vacances de Pâques et en groupes de 10 jeunes maximum, sans nuitée. L'élargissement de la bulle de contact en extérieur repasse à 4 personnes après avoir été élargie brièvement à 10 personnes. Et pour le reste, la bulle de contact rapproché reste limitée à une personne. Comme annoncé, les contrôles du respect de l'obligation de télétravail seront renforcés. Les employeurs devront tenir un registre précisant les personnes présentes sur le lieu de travail et à quel moment. Les voyages non essentiels restent interdits pendant les vacances de Pâques. Les contrôles aux frontières seront "sensiblement" renforcés. Le nombre maximal de participants pour les manifestations statiques sur la voie publique est limité à 50 personnes. "La priorité absolue est de rouvrir les écoles. Ce doit être possible après Pâques", a indiqué le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke. "On espère que c'est la dernière fois qu'on vient devant vous avec des mesures restrictives", a assuré le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet. Son collègue wallon, Elio Di Rupo, a insisté sur la nécessité à laquelle devaient répondre les différents gouvernements: "Je comprends le ras-le-bol que peuvent ressentir les citoyens mais la situation est grave et pourrait devenir catastrophique", a-t-il averti. Les mesures particulières appliquées à Bruxelles (couvre-feu à partir de 22h, fermeture des magasins à 20h, port du masque en rue et interdiction de consommer de l'alcool dans l'espace public) sont prolongées, a fait savoir le ministre-président Rudi Vervoort. Selon lui, les chiffres dans la capitale sont "plus que préoccupants". (Belga)