Selon le journal La Dernière Heure, la ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), a réaffirmé dans une vidéo en réponse à Cécile Djunga (ex-RTBF), qui lui avait adressée une lettre ouverte, son projet de rendre obligatoires les cours sur l'histoire du Congo et de la colonisation dans tous les réseaux et toutes les filières. Actuellement, seuls les élèves des filières techniques et professionnelles reçoivent systématiquement ce cours, selon la DH. "Ce n'est pas tellement que l'histoire du Congo ou de la colonisation se fait de façon maladroite sur base de références dépassées, c'est surtout que cette histoire est trop souvent ignorée. La plupart des élèves n'entendent pas parler de la colonisation belge au Congo ni des mécanismes d'exploitation et de domination. Nous ne pouvons plus tolérer cette lacune", déclare la ministre francophone dans une capsule diffusée sur les réseaux sociaux. Du côté flamand, on souhaite aussi intervenir. Le colonialisme sera prochainement explicitement mentionné dans les nouveaux objectifs finaux du cours d'histoire pour les élèves de la fin du secondaire, annonce le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA), dans les colonnes du Standaard. L'objectif est que tous les élèves du nord du pays quittent les bancs de l'école avec au minimum une connaissance de base de l'histoire coloniale. (Belga)

Selon le journal La Dernière Heure, la ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), a réaffirmé dans une vidéo en réponse à Cécile Djunga (ex-RTBF), qui lui avait adressée une lettre ouverte, son projet de rendre obligatoires les cours sur l'histoire du Congo et de la colonisation dans tous les réseaux et toutes les filières. Actuellement, seuls les élèves des filières techniques et professionnelles reçoivent systématiquement ce cours, selon la DH. "Ce n'est pas tellement que l'histoire du Congo ou de la colonisation se fait de façon maladroite sur base de références dépassées, c'est surtout que cette histoire est trop souvent ignorée. La plupart des élèves n'entendent pas parler de la colonisation belge au Congo ni des mécanismes d'exploitation et de domination. Nous ne pouvons plus tolérer cette lacune", déclare la ministre francophone dans une capsule diffusée sur les réseaux sociaux. Du côté flamand, on souhaite aussi intervenir. Le colonialisme sera prochainement explicitement mentionné dans les nouveaux objectifs finaux du cours d'histoire pour les élèves de la fin du secondaire, annonce le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA), dans les colonnes du Standaard. L'objectif est que tous les élèves du nord du pays quittent les bancs de l'école avec au minimum une connaissance de base de l'histoire coloniale. (Belga)