L'Eros Center n'était pas une solution miracle mais il aurait pu améliorer les conditions de travail de certaines travailleuses du sexe, estime le collectif, d'après lequel le CFFB se soucie peu de leur sort. "Ces 'féministes' font un amalgame absurde entre la traite des êtres humains - qu'Utsopi et toutes les associations de terrain combattent fermement - et la prostitution librement consentie." Le CFFB veut une sortie de la prostitution mais, en pratique, il "emmure les travailleuses du sexe au fond de la tristement célèbre rue Marnix, à Seraing, dans des taudis à la limite de l'insalubrité. Demain, en les contraignant à travailler dans la clandestinité?", s'interroge l'Utsopi. "Toute prostitution n'est pas en soi une violence. Ce qui est violent ce sont les conditions souvent sordides dans lesquelles s'exerce le travail du sexe", poursuit l'Union. Enfin, celle-ci s'étonne de n'avoir jamais été consultée par la présidente du CFFB, Sylvie Lausberg. Elle reste ouverte au dialogue, conclut-elle. (Belga)

L'Eros Center n'était pas une solution miracle mais il aurait pu améliorer les conditions de travail de certaines travailleuses du sexe, estime le collectif, d'après lequel le CFFB se soucie peu de leur sort. "Ces 'féministes' font un amalgame absurde entre la traite des êtres humains - qu'Utsopi et toutes les associations de terrain combattent fermement - et la prostitution librement consentie." Le CFFB veut une sortie de la prostitution mais, en pratique, il "emmure les travailleuses du sexe au fond de la tristement célèbre rue Marnix, à Seraing, dans des taudis à la limite de l'insalubrité. Demain, en les contraignant à travailler dans la clandestinité?", s'interroge l'Utsopi. "Toute prostitution n'est pas en soi une violence. Ce qui est violent ce sont les conditions souvent sordides dans lesquelles s'exerce le travail du sexe", poursuit l'Union. Enfin, celle-ci s'étonne de n'avoir jamais été consultée par la présidente du CFFB, Sylvie Lausberg. Elle reste ouverte au dialogue, conclut-elle. (Belga)