Ce chien utilisé en " soutien émotionnel " peut, d'après le député Jean-Jacques Flahaux (MR), " réchauffer l'atmosphère d'une pièce de...

Ce chien utilisé en " soutien émotionnel " peut, d'après le député Jean-Jacques Flahaux (MR), " réchauffer l'atmosphère d'une pièce de commissariat, souvent froide ". Grâce à cette présence, poursuit-il, les policiers espèrent voir les victimes se confier avec plus de facilités et donner plus d'informations utiles. Le ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), qui encourage ce type d'initiative, a précisé que ce chien, intervenu en soutien de dix victimes, dont huit enfants, avait suscité des " retours unanimes : le chien apporte de l'apaisement et du réconfort ". Les policiers eux-mêmes en ont tiré des conclusions " très positives ". M. La.