Plus haut gradé de l'administration du président démocrate Joe Biden à se déplacer en Israël, Lloyd Austin rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz pour discuter des "priorités communes" et réaffirmer l'engagement de Washington à ce qu'Israël conserve sa supériorité militaire sur ses voisins, selon un communiqué. En Europe, il s'entretiendra avec la ministre de la Défense allemande Annegret Kramp-Karrenbauer, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg et le ministre de la Défense britannique Ben Wallace. Lloyd Austin quittera Washington samedi, mais le calendrier de son itinéraire n'a pas été détaillé. L'annonce de ce voyage survient dans un contexte de tensions grandissantes entre Israël et l'Iran, alors que l'administration de Joe Biden tente de faire revenir Téhéran dans le pacte nucléaire démantelé par Donald Trump. Et en Europe, la Russie est accusée de masser ses troupes à la frontière avec l'Ukraine. Il n'y a jamais eu autant de troupes russes à la frontière ukrainienne depuis 2014, a déclaré jeudi la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, affirmant que Joe Biden était de plus en plus "préoccupé". (Belga)

Plus haut gradé de l'administration du président démocrate Joe Biden à se déplacer en Israël, Lloyd Austin rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz pour discuter des "priorités communes" et réaffirmer l'engagement de Washington à ce qu'Israël conserve sa supériorité militaire sur ses voisins, selon un communiqué. En Europe, il s'entretiendra avec la ministre de la Défense allemande Annegret Kramp-Karrenbauer, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg et le ministre de la Défense britannique Ben Wallace. Lloyd Austin quittera Washington samedi, mais le calendrier de son itinéraire n'a pas été détaillé. L'annonce de ce voyage survient dans un contexte de tensions grandissantes entre Israël et l'Iran, alors que l'administration de Joe Biden tente de faire revenir Téhéran dans le pacte nucléaire démantelé par Donald Trump. Et en Europe, la Russie est accusée de masser ses troupes à la frontière avec l'Ukraine. Il n'y a jamais eu autant de troupes russes à la frontière ukrainienne depuis 2014, a déclaré jeudi la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki, affirmant que Joe Biden était de plus en plus "préoccupé". (Belga)