"Le gouvernement que préside Pedro Sanchez comptera une vice-présidence aux Droits sociaux et à l'Agenda 2030, qui sera occupée par Pablo Iglesias", ont-ils annoncé dans un communiqué. Les États membres de l'Onu avaient adopté en 2015 un programme de développement durable à l'horizon 2030, intitulé Agenda 2030, visant notamment à éradiquer la pauvreté. La nomination du leader de Podemos à un poste en vue du gouvernement intervient après un faux départ entre les deux partis de gauche, au lendemain des législatives du 28 avril 2019. Le PSOE de Pedro Sanchez avait alors remporté les élections, mais sans majorité absolue. Dépendants de l'appui de Podemos pour être reconduits à la tête de l'exécutif, les socialistes avaient pourtant refusé que Podemos entre au gouvernement, préférant négocier un programme commun. Le parti de Pablo Iglesias avait refusé et de nouvelles élections avaient ensuite dû être convoquées. Ce gouvernement sera donc le premier de coalition en Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975. Il aura également la particularité de compter "trois femmes vice-présidentes". M. Sanchez avait déjà dévoilé que sa numéro deux actuelle, Carmen Calvo, et sa ministre de l'Économie, Nadia Calviño, en ferait partie. La députée de Podemos Irene Montero, compagne de Pablo Iglesias, entrera également au gouvernement comme ministre de l'Égalité, selon la même source. Le gouvernement comptera trois autres ministres représentant la coalition électorale de gauche alternative Unidas Podemos: Yolanda Díaz comme ministre du Travail, l'élu communiste Alberto Garzon comme ministre de la Consommation, et le sociologue Manuel Castells comme ministre des Universités. Le reste de la composition du gouvernement doit être annoncée "dans les prochains jours", ont indiqué les services de M. Sanchez. Le socialiste a obtenu mardi d'extrême justesse la confiance des députés (167 voix pour, 165 contre, 18 abstentions) pour se maintenir au pouvoir, ce qui a mis fin à de longs mois de paralysie politique. (Belga)

"Le gouvernement que préside Pedro Sanchez comptera une vice-présidence aux Droits sociaux et à l'Agenda 2030, qui sera occupée par Pablo Iglesias", ont-ils annoncé dans un communiqué. Les États membres de l'Onu avaient adopté en 2015 un programme de développement durable à l'horizon 2030, intitulé Agenda 2030, visant notamment à éradiquer la pauvreté. La nomination du leader de Podemos à un poste en vue du gouvernement intervient après un faux départ entre les deux partis de gauche, au lendemain des législatives du 28 avril 2019. Le PSOE de Pedro Sanchez avait alors remporté les élections, mais sans majorité absolue. Dépendants de l'appui de Podemos pour être reconduits à la tête de l'exécutif, les socialistes avaient pourtant refusé que Podemos entre au gouvernement, préférant négocier un programme commun. Le parti de Pablo Iglesias avait refusé et de nouvelles élections avaient ensuite dû être convoquées. Ce gouvernement sera donc le premier de coalition en Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975. Il aura également la particularité de compter "trois femmes vice-présidentes". M. Sanchez avait déjà dévoilé que sa numéro deux actuelle, Carmen Calvo, et sa ministre de l'Économie, Nadia Calviño, en ferait partie. La députée de Podemos Irene Montero, compagne de Pablo Iglesias, entrera également au gouvernement comme ministre de l'Égalité, selon la même source. Le gouvernement comptera trois autres ministres représentant la coalition électorale de gauche alternative Unidas Podemos: Yolanda Díaz comme ministre du Travail, l'élu communiste Alberto Garzon comme ministre de la Consommation, et le sociologue Manuel Castells comme ministre des Universités. Le reste de la composition du gouvernement doit être annoncée "dans les prochains jours", ont indiqué les services de M. Sanchez. Le socialiste a obtenu mardi d'extrême justesse la confiance des députés (167 voix pour, 165 contre, 18 abstentions) pour se maintenir au pouvoir, ce qui a mis fin à de longs mois de paralysie politique. (Belga)