"Bien que la Turquie ait des préoccupations sécuritaires légitimes, nous nous attendons à ce que la Turquie agisse avec retenue", a déclaré M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse avec le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu. "Je lui ai fait part de mes sérieuses préoccupations au sujet de cette opération et sur les risques de davantage de déstabilisation dans la région", a-t-il ajouté. Il a aussi a affirmé que les avancées obtenues dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), "ne doivent pas être mises en péril". "Les prisonniers de Daech (un autre acronyme de l'EI) ne doivent pas pouvoir s'évader", a-t-il ajouté. La Turquie, membre de l'Otan, mène depuis mercredi une offensive en Syrie contre la milice kurde des YPG, considéré comme "terroriste par Ankara mais alliée des Occidentaux dans la lutte contre Etat islamique (EI). (Belga)