"Les tensions géopolitiques sont à leur plus haut niveau du siècle et ces turbulences augmentent", a affirmé M. Guterres dans une déclaration solennelle au siège des Nations unies, lors de laquelle il a souhaité que "l'année 2020 soit bien meilleure que 2019". "Ce chaudron de tensions mène de plus en plus de pays à prendre des décisions imprévisibles, aux conséquences imprévisibles et avec des forts risques de mauvais calculs", a-t-il dit, sans explicitement mentionner les tensions extrêmes au Moyen-Orient après la mort d'un haut dirigeant militaire iranien dans une frappe américaine. Assurant être "en contact permanent avec les dirigeants du monde", il leur a adressé un message "simple et clair": "Arrêtez l'escalade, exercez une retenue maximale, renouez le dialogue, renouez la coopération internationale". L'Iran a promis de venger la mort du général Qassem Soleimani, tué vendredi dans un raid américain près de Bagdad. Mais le président américain Donald Trump a à son tour menacé la République islamique de représailles majeures en cas d'attaque, relançant le spectre d'un conflit ouvert entre les deux pays ennemis. Après la mort du général Soleimani, M. Guterres avait souligné que "le monde ne (pouvait) se permettre une nouvelle guerre dans le Golfe". Le secrétaire général de l'ONU a également évoqué "les conflits commerciaux et technologiques qui brisent les marchés mondiaux, sapent la croissance et élargissent les inégalités", ainsi que la "crise climatique (qui) fait rage". Il s'est aussi inquiété de l'augmentation de l'instabilité sociale, de l'extrémisme, du nationalisme et de la radicalisation, "avec une dangereuse avancée du terrorisme, notamment en Afrique" où les groupes jihadistes multiplient les attaques. (Belga)

"Les tensions géopolitiques sont à leur plus haut niveau du siècle et ces turbulences augmentent", a affirmé M. Guterres dans une déclaration solennelle au siège des Nations unies, lors de laquelle il a souhaité que "l'année 2020 soit bien meilleure que 2019". "Ce chaudron de tensions mène de plus en plus de pays à prendre des décisions imprévisibles, aux conséquences imprévisibles et avec des forts risques de mauvais calculs", a-t-il dit, sans explicitement mentionner les tensions extrêmes au Moyen-Orient après la mort d'un haut dirigeant militaire iranien dans une frappe américaine. Assurant être "en contact permanent avec les dirigeants du monde", il leur a adressé un message "simple et clair": "Arrêtez l'escalade, exercez une retenue maximale, renouez le dialogue, renouez la coopération internationale". L'Iran a promis de venger la mort du général Qassem Soleimani, tué vendredi dans un raid américain près de Bagdad. Mais le président américain Donald Trump a à son tour menacé la République islamique de représailles majeures en cas d'attaque, relançant le spectre d'un conflit ouvert entre les deux pays ennemis. Après la mort du général Soleimani, M. Guterres avait souligné que "le monde ne (pouvait) se permettre une nouvelle guerre dans le Golfe". Le secrétaire général de l'ONU a également évoqué "les conflits commerciaux et technologiques qui brisent les marchés mondiaux, sapent la croissance et élargissent les inégalités", ainsi que la "crise climatique (qui) fait rage". Il s'est aussi inquiété de l'augmentation de l'instabilité sociale, de l'extrémisme, du nationalisme et de la radicalisation, "avec une dangereuse avancée du terrorisme, notamment en Afrique" où les groupes jihadistes multiplient les attaques. (Belga)