Appuyé par l'aviation russe, le régime de Bachar al-Assad poursuit depuis décembre un assaut meurtrier contre la province d'Idleb, dont plus de la moitié est encore dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. La région accueille aussi des groupuscules djihadistes mais aussi des factions rebelles. Samedi, les troupes gouvernementales se trouvaient à quelques kilomètres au sud de la ville de Saraqeb, après avoir reculé en raison de combats nocturnes avec les rebelles, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). M. Guterres réitère que "les attaques contre les civils et les infrastructures civiles (...) sont inacceptables", a affirmé dans un communiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric. "Les opérations militaires menées par toutes les parties, y compris les actions contre et par les groupes terroristes désignés comme tels, doivent respecter les règles et obligations du droit humanitaire international, qui comprend la protection des civils et objets civils", a-t-il ajouté. Antonio Guterres "est profondément préoccupé par l'escalade militaire en cours dans le nord-ouest de la Syrie et appelle à la fin immédiate des hostilités". (Belga)

Appuyé par l'aviation russe, le régime de Bachar al-Assad poursuit depuis décembre un assaut meurtrier contre la province d'Idleb, dont plus de la moitié est encore dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda. La région accueille aussi des groupuscules djihadistes mais aussi des factions rebelles. Samedi, les troupes gouvernementales se trouvaient à quelques kilomètres au sud de la ville de Saraqeb, après avoir reculé en raison de combats nocturnes avec les rebelles, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). M. Guterres réitère que "les attaques contre les civils et les infrastructures civiles (...) sont inacceptables", a affirmé dans un communiqué son porte-parole, Stéphane Dujarric. "Les opérations militaires menées par toutes les parties, y compris les actions contre et par les groupes terroristes désignés comme tels, doivent respecter les règles et obligations du droit humanitaire international, qui comprend la protection des civils et objets civils", a-t-il ajouté. Antonio Guterres "est profondément préoccupé par l'escalade militaire en cours dans le nord-ouest de la Syrie et appelle à la fin immédiate des hostilités". (Belga)