Ces deux décisions représentent "les derniers coups avec lesquels le régime bouleverse l'ordre constitutionnel du pays et met fin à la démocratie", a dénoncé Luis Almagro cité dans un communiqué, où il regrette que "ce contre quoi nous avions mis en garde s'est malheureusement produit". (Belga)

Ces deux décisions représentent "les derniers coups avec lesquels le régime bouleverse l'ordre constitutionnel du pays et met fin à la démocratie", a dénoncé Luis Almagro cité dans un communiqué, où il regrette que "ce contre quoi nous avions mis en garde s'est malheureusement produit". (Belga)