Le 12 novembre, M. Grossi s'était plaint de l'absence de contacts avec le nouveau gouvernement en Iran et avait alors espéré pouvoir se rendre en Iran avant le prochain Conseil des gouverneurs de l'Agence qui débute le 22 novembre. Trois jours plus tard l'Iran annonçait avoir adressé une invitation à M. Grossi à venir à Téhéran. Le chef de l'AIEA "est attendu lundi 22 novembre en soirée à Téhéran et rencontrera mardi le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Mohammad Eslami, et le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian", a indiqué le porte-parole de l'OIEA, cité par l'agence de presse iranienne Fars. La dernière visite de M. Grossi à Téhéran remonte au 12 septembre et il avait rencontré seulement le chef de l'OIEA. Le chef de l'AIEA avait alors négocié un accord avec l'OIEA sur l'entretien des équipements de surveillance du programme nucléaire iranien. Et il devait revenir rapidement pour discuter avec le gouvernement investi en août. Le nouveau déplacement de M. Grossi interviendra avant la reprise le 29 novembre à Vienne des négociations entre l'Iran et les grandes puissances pour tenter de sauver l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015. Les négociations entre Téhéran et les autres parties (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) pour relancer ce pacte historique, censé limiter drastiquement le programme nucléaire iranien en échange d'un allègement des sanctions économiques, sont suspendues depuis juin. Les Etats-Unis, qui se sont retirés unilatéralement en 2018 de l'accord et ont rétabli des sanctions contre l'Iran, participeront de manière indirecte à ces discussions. (Belga)

Le 12 novembre, M. Grossi s'était plaint de l'absence de contacts avec le nouveau gouvernement en Iran et avait alors espéré pouvoir se rendre en Iran avant le prochain Conseil des gouverneurs de l'Agence qui débute le 22 novembre. Trois jours plus tard l'Iran annonçait avoir adressé une invitation à M. Grossi à venir à Téhéran. Le chef de l'AIEA "est attendu lundi 22 novembre en soirée à Téhéran et rencontrera mardi le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Mohammad Eslami, et le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian", a indiqué le porte-parole de l'OIEA, cité par l'agence de presse iranienne Fars. La dernière visite de M. Grossi à Téhéran remonte au 12 septembre et il avait rencontré seulement le chef de l'OIEA. Le chef de l'AIEA avait alors négocié un accord avec l'OIEA sur l'entretien des équipements de surveillance du programme nucléaire iranien. Et il devait revenir rapidement pour discuter avec le gouvernement investi en août. Le nouveau déplacement de M. Grossi interviendra avant la reprise le 29 novembre à Vienne des négociations entre l'Iran et les grandes puissances pour tenter de sauver l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015. Les négociations entre Téhéran et les autres parties (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) pour relancer ce pacte historique, censé limiter drastiquement le programme nucléaire iranien en échange d'un allègement des sanctions économiques, sont suspendues depuis juin. Les Etats-Unis, qui se sont retirés unilatéralement en 2018 de l'accord et ont rétabli des sanctions contre l'Iran, participeront de manière indirecte à ces discussions. (Belga)