L'Allemand de 46 ans a des chances de succéder au président actuel de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dès lors que les dernières projections donnent toujours au Parti populaire européen (PPE) la première place au Parlement européen, malgré une régression. M. Weber sera mercredi soir à Bruxelles, à la Maison de l'histoire européenne, pour y défendre le programme de la droite européenne. Il promet une Europe "forte" et "généreuse", avec pour slogan de campagne "the power of we", censé symboliser l'unité de l'UE face aux crises, à un mois et demi du scrutin européen. Manfred Weber affirme vouloir tourner la page du Brexit pour se concentrer sur de vrais problèmes qui touchent les citoyens de l'UE. "The power of we" ("nous" en anglais) joue sur son nom puisqu'il reprend les deux premières lettres de Weber: le pouvoir de tous les Européens, et celui de Manfred Weber. Dans trois clips différents, dévoilés mercredi à la Maison de l'histoire européenne à Bruxelles, il vante ses priorités pour l'UE. Il veut tout d'abord une "Europe forte", avec davantage de gardes-frontières à ses portes, afin de mieux lutter contre l'immigration illégale et le terrorisme. Une "Europe intelligente", ensuite, coordonnant des programmes de recherches pour lutter contre les maladies, comme le cancer. Et enfin, une "Europe généreuse" avec "un plan Marshall pour l'Afrique" et une lutte efficace contre le réchauffement climatique. Ce discret Bavarois, qui a fait toute sa carrière à Bruxelles, va entamer le 23 avril à Athènes une tournée de campagne qui le mènera dans de nombreux pays d'Europe pour s'achever dans sa patrie, Munich, le 24 mai, deux jours avant la fin du scrutin. (Belga)

L'Allemand de 46 ans a des chances de succéder au président actuel de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dès lors que les dernières projections donnent toujours au Parti populaire européen (PPE) la première place au Parlement européen, malgré une régression. M. Weber sera mercredi soir à Bruxelles, à la Maison de l'histoire européenne, pour y défendre le programme de la droite européenne. Il promet une Europe "forte" et "généreuse", avec pour slogan de campagne "the power of we", censé symboliser l'unité de l'UE face aux crises, à un mois et demi du scrutin européen. Manfred Weber affirme vouloir tourner la page du Brexit pour se concentrer sur de vrais problèmes qui touchent les citoyens de l'UE. "The power of we" ("nous" en anglais) joue sur son nom puisqu'il reprend les deux premières lettres de Weber: le pouvoir de tous les Européens, et celui de Manfred Weber. Dans trois clips différents, dévoilés mercredi à la Maison de l'histoire européenne à Bruxelles, il vante ses priorités pour l'UE. Il veut tout d'abord une "Europe forte", avec davantage de gardes-frontières à ses portes, afin de mieux lutter contre l'immigration illégale et le terrorisme. Une "Europe intelligente", ensuite, coordonnant des programmes de recherches pour lutter contre les maladies, comme le cancer. Et enfin, une "Europe généreuse" avec "un plan Marshall pour l'Afrique" et une lutte efficace contre le réchauffement climatique. Ce discret Bavarois, qui a fait toute sa carrière à Bruxelles, va entamer le 23 avril à Athènes une tournée de campagne qui le mènera dans de nombreux pays d'Europe pour s'achever dans sa patrie, Munich, le 24 mai, deux jours avant la fin du scrutin. (Belga)