"Nous reconnaissons que le changement climatique pose une menace de sécurité. Nous avons discuté de ce lien pour la première fois (ce jeudi) avec les ministres de la Défense", a indiqué la Haute représentante Federica Mogherini, en charge de la politique de sécurité, qui présidait la réunion. Le changement climatique expose les militaires sur les théâtres d'opération, eux qui doivent par exemple sécuriser des installations menacées d'inondations ou de sécheresse, intervenir davantage en soutien de populations civiles touchées par des intempéries, mais aussi réduire l'empreinte environnementale de la défense et sa dépendance énergétique. A cet égard, l'UE, qui agit sur la coopération tandis que les Etats membres restent souverains, souhaite travailler en synergie avec les Nations unies et l'OTAN, qui disposent déjà d'une expertise en la matière. Le lien entre le changement climatique et la défense est étudié depuis plusieurs années déjà par des puissances comme les Etats-Unis, dont le président Donald Trump multiplie pourtant les déclarations climato-sceptiques, jusqu'à avoir retiré son pays des Accords de Paris. Hôte de la réunion européenne, la Finlande a fait de la lutte contre le changement climatique l'une des principales priorités de sa présidence tournante de l'UE. Ainsi, les ministres des Finances de l'UE seront eux aussi appelés sous peu à discuter des moyens d'atténuer ce changement. (Belga)