Plus de neuf personnes interrogées sur dix considèrent que le changement climatique est un problème grave (93%) tandis que près de huit sur dix (78%) considèrent qu'il s'agit d'un problème très grave. En ce qui concerne les réponses politiques, neuf Européens sur dix (90%) conviennent qu'il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre au strict minimum, tout en compensant les émissions résiduelles avec des puits de carbone afin d'atteindre l'objectif de neutralité climatique de l'Union à l'horizon 2050. Près de neuf Européens sur dix (87%) estiment en outre qu'il est important que l'Union fixe des objectifs ambitieux afin d'accroître l'utilisation des énergies renouvelables, et un pourcentage identique pense qu'il est important que l'Union apporte son soutien pour améliorer l'efficacité énergétique. "En dépit de la pandémie et des difficultés économiques qui frappent les Européens, le soutien en faveur de l'action pour le climat ne faiblit pas", a commenté le vice-président de la Commission en charge du Pacte vert, Frans Timmermans. "Les Européens sont conscients des risques à long terme que posent les crises du réchauffement climatique et de la biodiversité, et ils attendent du secteur privé, des gouvernements et de l'Union européenne qu'ils prennent des mesures. Les chiffres mentionnés dans le sondage Eurobaromètre sont un cri de ralliement lancé à l'attention des politiciens et du monde des affaires. Ils offrent à la Commission européenne une motivation supplémentaire pour mettre la dernière main à l'acte législatif concernant l'ajustement à l'objectif de 55%, qui sera présenté dans le courant de ce mois, pour avoir la garantie d'atteindre nos objectifs en matière de climat", a ajouté le Néerlandais, cité dans un communiqué. Le sondage a été mené auprès de 26.669 citoyens issus de différents groupes sociaux et démographiques dans l'ensemble des 27 États membres de l'Union, entre le 15 mars et le 14 avril derniers. (Belga)

Plus de neuf personnes interrogées sur dix considèrent que le changement climatique est un problème grave (93%) tandis que près de huit sur dix (78%) considèrent qu'il s'agit d'un problème très grave. En ce qui concerne les réponses politiques, neuf Européens sur dix (90%) conviennent qu'il faudrait réduire les émissions de gaz à effet de serre au strict minimum, tout en compensant les émissions résiduelles avec des puits de carbone afin d'atteindre l'objectif de neutralité climatique de l'Union à l'horizon 2050. Près de neuf Européens sur dix (87%) estiment en outre qu'il est important que l'Union fixe des objectifs ambitieux afin d'accroître l'utilisation des énergies renouvelables, et un pourcentage identique pense qu'il est important que l'Union apporte son soutien pour améliorer l'efficacité énergétique. "En dépit de la pandémie et des difficultés économiques qui frappent les Européens, le soutien en faveur de l'action pour le climat ne faiblit pas", a commenté le vice-président de la Commission en charge du Pacte vert, Frans Timmermans. "Les Européens sont conscients des risques à long terme que posent les crises du réchauffement climatique et de la biodiversité, et ils attendent du secteur privé, des gouvernements et de l'Union européenne qu'ils prennent des mesures. Les chiffres mentionnés dans le sondage Eurobaromètre sont un cri de ralliement lancé à l'attention des politiciens et du monde des affaires. Ils offrent à la Commission européenne une motivation supplémentaire pour mettre la dernière main à l'acte législatif concernant l'ajustement à l'objectif de 55%, qui sera présenté dans le courant de ce mois, pour avoir la garantie d'atteindre nos objectifs en matière de climat", a ajouté le Néerlandais, cité dans un communiqué. Le sondage a été mené auprès de 26.669 citoyens issus de différents groupes sociaux et démographiques dans l'ensemble des 27 États membres de l'Union, entre le 15 mars et le 14 avril derniers. (Belga)