"Dans cette situation difficile due à la pandémie, qui exige beaucoup d'efforts de nous tous, je considère que ma présence aurait donné un mauvais signal", a affirmé M. Nehammer sur Facebook dès jeudi, précisant qu'il écouterait la prestation du Philharmonique de Vienne à la télévision. Malgré cette assistance réduite, le chef d'orchestre Daniel Barenboim s'est dit heureux que le concert ne se joue pas devant des sièges vides. "J'espère que cela inspirera des politiques à travers le monde à vraiment considérer l'importance et le besoin spirituel de la musique pour les gens", a-t-il déclaré mercredi à la presse. Le maestro de 79 ans conduira l'Orchestre philharmonique de Vienne pour la troisième fois, après 2009 et 2014. L'an dernier, le chef Riccardo Muti avait dû diriger les valses et les polkas devant une salle vide. Pour l'édition 2022, le nombre de spectateurs présents a été limité à mille au pied levé, tandis que 700 détenteurs d'un billet se sont vu promettre une place pour l'édition 2023. (Belga)

"Dans cette situation difficile due à la pandémie, qui exige beaucoup d'efforts de nous tous, je considère que ma présence aurait donné un mauvais signal", a affirmé M. Nehammer sur Facebook dès jeudi, précisant qu'il écouterait la prestation du Philharmonique de Vienne à la télévision. Malgré cette assistance réduite, le chef d'orchestre Daniel Barenboim s'est dit heureux que le concert ne se joue pas devant des sièges vides. "J'espère que cela inspirera des politiques à travers le monde à vraiment considérer l'importance et le besoin spirituel de la musique pour les gens", a-t-il déclaré mercredi à la presse. Le maestro de 79 ans conduira l'Orchestre philharmonique de Vienne pour la troisième fois, après 2009 et 2014. L'an dernier, le chef Riccardo Muti avait dû diriger les valses et les polkas devant une salle vide. Pour l'édition 2022, le nombre de spectateurs présents a été limité à mille au pied levé, tandis que 700 détenteurs d'un billet se sont vu promettre une place pour l'édition 2023. (Belga)