Ces propos, qui ont été confirmés par le porte-parole du CD&V, tranchent avec l'attitude du président du CDH Benoît Lutgen au lendemain du scrutin de 2014, lorsqu'il avait décliné avec force les invitations du président de la N-VA Bart De Wever à engager des pourparlers. Quelques semaines auparavant, le sénateur CDH Francis Delperée avait qualifié la N-VA de raciste et avait été soutenu par Benoît Lutgen.

De Standaard a tenté de joindre Maxime Prévot pour confirmer ses dires de vendredi dernier, en vain.

Le quotidien a alors interrogé le chef de groupe CDH au parlement wallon, Dimitri Fourny, qui confirme. "Tout évolue. Nous ne sommes pas demandeurs d'une nouvelle réforme de l'État en 2019. Mais si la N-VA ne fait pas de pas supplémentaires vers un démantèlement du pays, alors il faut pouvoir parler avec elle".

Ces propos, qui ont été confirmés par le porte-parole du CD&V, tranchent avec l'attitude du président du CDH Benoît Lutgen au lendemain du scrutin de 2014, lorsqu'il avait décliné avec force les invitations du président de la N-VA Bart De Wever à engager des pourparlers. Quelques semaines auparavant, le sénateur CDH Francis Delperée avait qualifié la N-VA de raciste et avait été soutenu par Benoît Lutgen. De Standaard a tenté de joindre Maxime Prévot pour confirmer ses dires de vendredi dernier, en vain. Le quotidien a alors interrogé le chef de groupe CDH au parlement wallon, Dimitri Fourny, qui confirme. "Tout évolue. Nous ne sommes pas demandeurs d'une nouvelle réforme de l'État en 2019. Mais si la N-VA ne fait pas de pas supplémentaires vers un démantèlement du pays, alors il faut pouvoir parler avec elle".