"Le cdH ne rentrera pas dans une majorité en Région wallonne sans que l'assurance autonomie ne fasse partie des décisions prises", a-t-elle déclaré. La ministre, issue des Mutualités chrétiennes, a appelé à la conclusion d'un nouveau pacte social. "La prochaine législature sera celle où l'on sauve la sécurité sociale, ou celle où on la mettra complètement à terre", a-t-elle dit.

Parmi les propositions des centristes, figurent notamment la réforme du financement des hôpitaux et l'organisation de la commande de médicaments par des marchés publics. Le cdH place l'"entraide" au coeur de son programme. "Chacun d'entre nous a besoin de savoir qu'il peut compter sur les autres", a souligné le président, Maxime Prévot, qui a insisté sur le développement d'une "société harmonieuse". "Chacun pour soi et l'Etat pour tous, ce n'est pas notre modèle", a-t-il ajouté. Le cdH tire un bilan sévère du gouvernement fédéral sortant en matière sociale, que ce soit dans les soins de santé ou dans la réforme des pensions. "Ce gouvernement a clairement manqué de coeur", estime-t-il.

Les déclarations récentes du candidat Premier ministre de la N-VA, Jan Jambon, à propos des Wallons qu'il faudrait "sortir de leur hamac" n'ont guère plu à M. Prévot. "Le Premier ministre doit l'être pour tous les Belges. Quand on compare les uns présumés travailleurs aux autres qui, prétendument, se prélasseraient dans un hamac, on recule en termes de respect. On ne dirige pas un pays comme l'on parle au comptoir du café du commerce", a-t-il dit.