"Un coronapass permettra de vivre davantage normalement et de lutter plus efficacement contre la pandémie. Mais il doit respecter trois balises: le testing doit être accessible à tous; le pass ne doit être d'application que pour les activités qui ne peuvent pas se dérouler dans des conditions sanitaires raisonnables, comme les festivals ou les événements sportifs et enfin, il doit être limité dans le temps, jusqu'au moment où l'immunité collective sera atteinte", a-t-elle expliqué. "On entend beaucoup d'avis divergents. Au cdH, notre position est claire. Aujourd'hui, il est important que la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, se positionne elle aussi clairement", a conclu Mathilde Vandorpe qui interrogera la ministre sur le sujet ce mardi après-midi en commission du parlement régional. Au fédéral, la députée cdH Catherine Fonck avait également jugé cet outil "intéressant", alors qu'elle interrogeait jeudi dernier le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. "Cette piste mérite d'être explorée, à condition que l'outil soit bien conçu, temporaire, dédié à certaines activités et accessible à chacun, (...) et à condition aussi que les tests de dépistage soient fournis gratuitement et mis à disposition", avait-elle dit. (Belga)

"Un coronapass permettra de vivre davantage normalement et de lutter plus efficacement contre la pandémie. Mais il doit respecter trois balises: le testing doit être accessible à tous; le pass ne doit être d'application que pour les activités qui ne peuvent pas se dérouler dans des conditions sanitaires raisonnables, comme les festivals ou les événements sportifs et enfin, il doit être limité dans le temps, jusqu'au moment où l'immunité collective sera atteinte", a-t-elle expliqué. "On entend beaucoup d'avis divergents. Au cdH, notre position est claire. Aujourd'hui, il est important que la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, se positionne elle aussi clairement", a conclu Mathilde Vandorpe qui interrogera la ministre sur le sujet ce mardi après-midi en commission du parlement régional. Au fédéral, la députée cdH Catherine Fonck avait également jugé cet outil "intéressant", alors qu'elle interrogeait jeudi dernier le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. "Cette piste mérite d'être explorée, à condition que l'outil soit bien conçu, temporaire, dédié à certaines activités et accessible à chacun, (...) et à condition aussi que les tests de dépistage soient fournis gratuitement et mis à disposition", avait-elle dit. (Belga)