"En 2000, les traitements des bourgmestres et des échevins ont été revalorisés dans un plan appelé Tonus, mais on ne l'a jamais fait pour les conseillers communaux. Ce que nous proposons est audacieux. Ce sera critiqué, on le sait. Mais on ose parce qu'être conseiller communal, c'est très important. Pourquoi un conseiller communal serait-il moins bien traité qu'un conseiller provincial", demande André Antoine, figure de proue du cdH brabançon et président du parlement wallon. D'autres idées comme la nomination de conseillers communaux à des fonctions exécutives dans les intercommunales, la publication systématique des décisions communales sur Internet, la publication des montants des subsides et des associations qui en bénéficient, ou encore la suppression des mandats dérivés pour les membres des collèges communaux, sont aussi au programme des humanistes. (Belga)

"En 2000, les traitements des bourgmestres et des échevins ont été revalorisés dans un plan appelé Tonus, mais on ne l'a jamais fait pour les conseillers communaux. Ce que nous proposons est audacieux. Ce sera critiqué, on le sait. Mais on ose parce qu'être conseiller communal, c'est très important. Pourquoi un conseiller communal serait-il moins bien traité qu'un conseiller provincial", demande André Antoine, figure de proue du cdH brabançon et président du parlement wallon. D'autres idées comme la nomination de conseillers communaux à des fonctions exécutives dans les intercommunales, la publication systématique des décisions communales sur Internet, la publication des montants des subsides et des associations qui en bénéficient, ou encore la suppression des mandats dérivés pour les membres des collèges communaux, sont aussi au programme des humanistes. (Belga)