Soumise à cette pression financière, Sophie Wilmes engage son équipe sur la voie de l'austérité. Résolument. "Nous sommes trop nombreux, que ceux qui en ont l'occasion n'hésitent pas à s'en aller !", répète-t-elle en substance à ses cabinettards, qui n'en mènent pas très large. Depuis, deux personnes sont déjà parties, en plus, cas classique, des très proches (chauffeur, secrétaire politique) du ministre sortant, en l'occurrence Hervé Jamar. "Ce n'est pas qu'on manque de boulot, pourtant", souffle une petite main de la grande argentière fédérale.

Soumise à cette pression financière, Sophie Wilmes engage son équipe sur la voie de l'austérité. Résolument. "Nous sommes trop nombreux, que ceux qui en ont l'occasion n'hésitent pas à s'en aller !", répète-t-elle en substance à ses cabinettards, qui n'en mènent pas très large. Depuis, deux personnes sont déjà parties, en plus, cas classique, des très proches (chauffeur, secrétaire politique) du ministre sortant, en l'occurrence Hervé Jamar. "Ce n'est pas qu'on manque de boulot, pourtant", souffle une petite main de la grande argentière fédérale.