La nouvelle épure s'apparente à un triptyque, fait d'un budget ordinaire, d'une série de mesures Covid, et d'un plan régionale de relance. Si le budget ordinaire, qui affiche un déficit de 385 millions d'euros, reste en ligne avec la trajectoire d'un retour à l'équilibre en 2024 sans nouveaux impôts, l'évaluation du coût de la crise sanitaire atteint, elle, quasiment les 2 milliards d'euros à présent. A l'initial, ce coût n'avait été estimé qu'à 903 millions d'euros, dont 678 millions de dépenses Covid et 225 millions de baisses de recettes. Enfin, l'enveloppe consacrée au plan de relance régional s'élève, elle, à 1,275 milliard d'euros. Ces dépenses placent la Région devant un besoin de financement de l'ordre de 5,675 milliards d'euros couverts quasi intégralement par l'emprunt. Une situation qui creuse logiquement davantage la dette wallonne, ce que n'a pas manqué de dénoncer à nouveau jeudi l'opposition cdH. Le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR), a lui défendu ces dépenses, au nom de la relance, mais aussi du défi climatique qui s'est douloureusement imposé à l'attention des Wallons à l'occasion des crues meurtrières de ce jeudi. (Belga)

La nouvelle épure s'apparente à un triptyque, fait d'un budget ordinaire, d'une série de mesures Covid, et d'un plan régionale de relance. Si le budget ordinaire, qui affiche un déficit de 385 millions d'euros, reste en ligne avec la trajectoire d'un retour à l'équilibre en 2024 sans nouveaux impôts, l'évaluation du coût de la crise sanitaire atteint, elle, quasiment les 2 milliards d'euros à présent. A l'initial, ce coût n'avait été estimé qu'à 903 millions d'euros, dont 678 millions de dépenses Covid et 225 millions de baisses de recettes. Enfin, l'enveloppe consacrée au plan de relance régional s'élève, elle, à 1,275 milliard d'euros. Ces dépenses placent la Région devant un besoin de financement de l'ordre de 5,675 milliards d'euros couverts quasi intégralement par l'emprunt. Une situation qui creuse logiquement davantage la dette wallonne, ce que n'a pas manqué de dénoncer à nouveau jeudi l'opposition cdH. Le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR), a lui défendu ces dépenses, au nom de la relance, mais aussi du défi climatique qui s'est douloureusement imposé à l'attention des Wallons à l'occasion des crues meurtrières de ce jeudi. (Belga)