Vias fait constater que, paradoxalement, la gravité des accidents dans le brouillard est quasiment deux fois plus élevée que la moyenne des accidents en général (34 tués par 1.000 accidents contre 18) alors que les usagers sont censés rouler moins vite, ce qui devrait théoriquement diminuer la gravité des accidents. 80% des accidents dus au brouillard ont lieu entre octobre et mars, note encore l'institut.

Pour Vias, il y a principalement deux phénomènes qui expliquent ce constat: la surestimation des distances et le phénomène de l'aspirateur. Concernant le premier phénomène, le brouillard fait apparaître une surestimation de plus de 50%, en moyenne, de la distance réelle par rapport à un obstacle, souligne Vias. Concrètement, lorsqu'un conducteur roule à un peu moins de 10 mètres d'un autre véhicule, il estime qu'il se trouve à 20 mètres. Ce qui explique pourquoi les conducteurs ont tendance à ne pas respecter la distance de sécurité en cas de brouillard, explique l'institut.

Le phénomène de l'aspirateur s'explique quant à lui par le fait que pour ne pas être perdu et continuer à distinguer les feux du véhicule qui le précède, le conducteur aura tendance à s'en rapprocher. L'automobiliste qui voit quant à lui se rapprocher un véhicule derrière lui, aura tendance à accélérer de peur d'être heurté par l'arrière. Donc, au lieu de ralentir, la vitesse du trafic augmente, conclut Vias.

Vias fait constater que, paradoxalement, la gravité des accidents dans le brouillard est quasiment deux fois plus élevée que la moyenne des accidents en général (34 tués par 1.000 accidents contre 18) alors que les usagers sont censés rouler moins vite, ce qui devrait théoriquement diminuer la gravité des accidents. 80% des accidents dus au brouillard ont lieu entre octobre et mars, note encore l'institut. Pour Vias, il y a principalement deux phénomènes qui expliquent ce constat: la surestimation des distances et le phénomène de l'aspirateur. Concernant le premier phénomène, le brouillard fait apparaître une surestimation de plus de 50%, en moyenne, de la distance réelle par rapport à un obstacle, souligne Vias. Concrètement, lorsqu'un conducteur roule à un peu moins de 10 mètres d'un autre véhicule, il estime qu'il se trouve à 20 mètres. Ce qui explique pourquoi les conducteurs ont tendance à ne pas respecter la distance de sécurité en cas de brouillard, explique l'institut. Le phénomène de l'aspirateur s'explique quant à lui par le fait que pour ne pas être perdu et continuer à distinguer les feux du véhicule qui le précède, le conducteur aura tendance à s'en rapprocher. L'automobiliste qui voit quant à lui se rapprocher un véhicule derrière lui, aura tendance à accélérer de peur d'être heurté par l'arrière. Donc, au lieu de ralentir, la vitesse du trafic augmente, conclut Vias.