L'attaque eu lieu à Marib, dernier bastion des forces gouvernementales dans le nord du Yémen en guerre, selon l'agence de presse officielle du gouvernement, qui accuse les rebelles Houthis de l'attaque. Soutenus par l'Iran, les Houthis tentent depuis février d'arracher Marib, région riche en pétrole, aux forces loyalistes, appuyées elles par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite. L'attaque a eu lieu quelques heures après l'arrivée d'une délégation omanaise à Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les rebelles. Les médiateurs du sultanat voisin cherchent à aboutir à un cessez-le-feu dans le pays plongé dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU. Le conflit, déclenché en 2014 par la prise de Sanaa par les Houthis, a fait des dizaines de milliers de morts selon des organisations humanitaires et des millions de déplacés. Plus des deux tiers des 30 millions d'habitants, confrontés à des risques accrus d'épidémies et de famine, dépendent de l'aide internationale. C'est, selon l'ONU, la pire crise humanitaire au monde. (Belga)

L'attaque eu lieu à Marib, dernier bastion des forces gouvernementales dans le nord du Yémen en guerre, selon l'agence de presse officielle du gouvernement, qui accuse les rebelles Houthis de l'attaque. Soutenus par l'Iran, les Houthis tentent depuis février d'arracher Marib, région riche en pétrole, aux forces loyalistes, appuyées elles par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite. L'attaque a eu lieu quelques heures après l'arrivée d'une délégation omanaise à Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les rebelles. Les médiateurs du sultanat voisin cherchent à aboutir à un cessez-le-feu dans le pays plongé dans la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU. Le conflit, déclenché en 2014 par la prise de Sanaa par les Houthis, a fait des dizaines de milliers de morts selon des organisations humanitaires et des millions de déplacés. Plus des deux tiers des 30 millions d'habitants, confrontés à des risques accrus d'épidémies et de famine, dépendent de l'aide internationale. C'est, selon l'ONU, la pire crise humanitaire au monde. (Belga)