"A l'heure qu'il est, nous avons 417 morts et 1.528 blessés", a déclaré Celso Correia à la presse à Beira (est). Le précédent bilan au Mozambique faisait état de 293 morts. Au total, le cyclone Idai, qui a provoqué des inondations catastrophiques et des éboulements de terrain au Mozambique et au Zimbabwe voisin, a fait au moins 676 morts dans les deux pays. Quelque 1,8 million de personnes au total ont été touchées par le cyclone, dont la moitié sont des enfants, selon l'Unicef. "C'est la course pour aider et protéger les enfants de cette catastrophe", a admis Henrietta Fore, la directrice générale du Fonds onusien pour l'enfance. Le pire est encore à venir, selon elle. "Les organisations d'assistance peuvent à peine estimer l'ampleur des dégâts. De nombreux villages sont sous eau, les bâtiments sont détruits, les écoles et cliniques inutilisables..." L'Unicef craint en outre la propagation rapide de maladies comme le choléra et la malaria. (Belga)

"A l'heure qu'il est, nous avons 417 morts et 1.528 blessés", a déclaré Celso Correia à la presse à Beira (est). Le précédent bilan au Mozambique faisait état de 293 morts. Au total, le cyclone Idai, qui a provoqué des inondations catastrophiques et des éboulements de terrain au Mozambique et au Zimbabwe voisin, a fait au moins 676 morts dans les deux pays. Quelque 1,8 million de personnes au total ont été touchées par le cyclone, dont la moitié sont des enfants, selon l'Unicef. "C'est la course pour aider et protéger les enfants de cette catastrophe", a admis Henrietta Fore, la directrice générale du Fonds onusien pour l'enfance. Le pire est encore à venir, selon elle. "Les organisations d'assistance peuvent à peine estimer l'ampleur des dégâts. De nombreux villages sont sous eau, les bâtiments sont détruits, les écoles et cliniques inutilisables..." L'Unicef craint en outre la propagation rapide de maladies comme le choléra et la malaria. (Belga)