Depuis plusieurs mois, des discussions ont lieu sur l'obligation vaccinale des soignants. Le comité de concertation en a acté le principe. Le projet de loi devrait être voté avant la fin de l'année ou tout au début de l'année prochaine. Il mènerait à la perte d'agrément des professionnels des soins qui refusent la vaccination. La liste des personnes concernées est longue: médecins, infirmiers, ambulanciers, secouristes, pharmaciens, etc. Une telle loi constituerait, selon le ministre, un "signal fort" que "l'on n'a plus beaucoup de temps pour se faire vacciner si l'on veut encore exercer une profession de soins". M. Vandenbroucke se défend toutefois de stigmatiser un secteur en particulier. "Une grande partie de ces personnes est déjà vaccinée. Mais c'est important que tout le monde le fasse, pour se protéger soi-même et protéger les patients". Les Régions devront quant à elles régler le cas du personnel non soignant travaillant dans les institutions de soins: logistique, administratif et autres. (Belga)

Depuis plusieurs mois, des discussions ont lieu sur l'obligation vaccinale des soignants. Le comité de concertation en a acté le principe. Le projet de loi devrait être voté avant la fin de l'année ou tout au début de l'année prochaine. Il mènerait à la perte d'agrément des professionnels des soins qui refusent la vaccination. La liste des personnes concernées est longue: médecins, infirmiers, ambulanciers, secouristes, pharmaciens, etc. Une telle loi constituerait, selon le ministre, un "signal fort" que "l'on n'a plus beaucoup de temps pour se faire vacciner si l'on veut encore exercer une profession de soins". M. Vandenbroucke se défend toutefois de stigmatiser un secteur en particulier. "Une grande partie de ces personnes est déjà vaccinée. Mais c'est important que tout le monde le fasse, pour se protéger soi-même et protéger les patients". Les Régions devront quant à elles régler le cas du personnel non soignant travaillant dans les institutions de soins: logistique, administratif et autres. (Belga)