Sans décision claire sur l'annulation ou la reprise des grands événements de l'été, la situation pour les organisateurs d'événements "demeurera intenable", balançant entre de "multiples scénarios" qui bloquent l'avancement des projets et alors que ces événements demandent plusieurs mois d'organisation, insistent-ils. Des perspectives claires de reprise du secteur culturel sont dès lors "nécessaires pour préparer ces moments d'évasion et de culture à une population essoufflée par des mesures contraignantes". "Nos protocoles sont sûrs depuis des mois", argumente Samuel Chappel, directeur-fondateur de LaSemo. "Le professionnalisme et l'expertise des opérateurs événementiels ont été balayés sans discussion par des mesures incohérentes", tandis qu'aucun cas n'a été décelé lors des événements de l'été dernier et que des événements tests sont réalisés ailleurs en Europe, ajoutent les organisateurs. "Le Codeco se borne à une gestion 'risque zéro' à l'horizon infini", poursuivent-ils. Le gouvernement fédéral et les entités fédérées doivent à nouveau se réunir vendredi pour annoncer de nouveaux assouplissements, bien que cette troisième échéance d'un plan de déconfinement par étape reste sous tension. "Sans protocole, aucun projet ne peut être finalisé, ni même réellement débuté", conclut LaSemo. La ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard, s'était dite mardi "inquiète" de ne pas voir approuvé en Codeco le plan de déconfinement présenté par le secteur culturel et de l'événementiel. Selon elle, le Codeco de vendredi n'approuvera que des mesures "en deçà" des propositions avancées. (Belga)

Sans décision claire sur l'annulation ou la reprise des grands événements de l'été, la situation pour les organisateurs d'événements "demeurera intenable", balançant entre de "multiples scénarios" qui bloquent l'avancement des projets et alors que ces événements demandent plusieurs mois d'organisation, insistent-ils. Des perspectives claires de reprise du secteur culturel sont dès lors "nécessaires pour préparer ces moments d'évasion et de culture à une population essoufflée par des mesures contraignantes". "Nos protocoles sont sûrs depuis des mois", argumente Samuel Chappel, directeur-fondateur de LaSemo. "Le professionnalisme et l'expertise des opérateurs événementiels ont été balayés sans discussion par des mesures incohérentes", tandis qu'aucun cas n'a été décelé lors des événements de l'été dernier et que des événements tests sont réalisés ailleurs en Europe, ajoutent les organisateurs. "Le Codeco se borne à une gestion 'risque zéro' à l'horizon infini", poursuivent-ils. Le gouvernement fédéral et les entités fédérées doivent à nouveau se réunir vendredi pour annoncer de nouveaux assouplissements, bien que cette troisième échéance d'un plan de déconfinement par étape reste sous tension. "Sans protocole, aucun projet ne peut être finalisé, ni même réellement débuté", conclut LaSemo. La ministre francophone de la Culture, Bénédicte Linard, s'était dite mardi "inquiète" de ne pas voir approuvé en Codeco le plan de déconfinement présenté par le secteur culturel et de l'événementiel. Selon elle, le Codeco de vendredi n'approuvera que des mesures "en deçà" des propositions avancées. (Belga)