L'agence spatiale Roskosmos a annoncé à 05H58 GMT le lancement "réussi" du Progress MS-05 depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Neuf minutes après, il s'est détaché "normalement" de son lanceur Soyouz, selon un communiqué. L'amarrage à l'ISS de ce vaisseau chargé de 2,5 tonnes de matériel, dont des denrées alimentaires et des équipements scientifiques, aura lieu vendredi à 08H34 GMT, a indiqué l'agence. Il s'agit du premier vaisseau-cargo à décoller depuis la perte le 1er décembre d'un appareil similaire, le Progress MS-04, qui s'était consumé dans l'espace quelques minutes après son lancement et dont des débris avaient été retrouvés en Sibérie. Fin janvier, la Russie a annoncé des contrôles des moteurs produits pour ses fusées Proton, assemblées dans la même usine que les Soyouz et accusées d'être à l'origine d'une série d'échecs ayant terni la réputation du secteur spatial russe. Aucune mention n'a été faite de possibles contrôles sur les Soyouz, qui sont aussi utilisés pour les vols habités, alors que la prochaine mission vers l'ISS doit décoller le 10 avril. La Russie envoie vers l'ISS trois à quatre fois par an des vaisseaux habités, et à la même fréquence des appareils chargés de ravitailler les spationautes. Après avoir accompli leur mission, ils retombent normalement vers la Terre et se consument dans l'atmosphère au-dessus de l'océan Pacifique. (Belga)

L'agence spatiale Roskosmos a annoncé à 05H58 GMT le lancement "réussi" du Progress MS-05 depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Neuf minutes après, il s'est détaché "normalement" de son lanceur Soyouz, selon un communiqué. L'amarrage à l'ISS de ce vaisseau chargé de 2,5 tonnes de matériel, dont des denrées alimentaires et des équipements scientifiques, aura lieu vendredi à 08H34 GMT, a indiqué l'agence. Il s'agit du premier vaisseau-cargo à décoller depuis la perte le 1er décembre d'un appareil similaire, le Progress MS-04, qui s'était consumé dans l'espace quelques minutes après son lancement et dont des débris avaient été retrouvés en Sibérie. Fin janvier, la Russie a annoncé des contrôles des moteurs produits pour ses fusées Proton, assemblées dans la même usine que les Soyouz et accusées d'être à l'origine d'une série d'échecs ayant terni la réputation du secteur spatial russe. Aucune mention n'a été faite de possibles contrôles sur les Soyouz, qui sont aussi utilisés pour les vols habités, alors que la prochaine mission vers l'ISS doit décoller le 10 avril. La Russie envoie vers l'ISS trois à quatre fois par an des vaisseaux habités, et à la même fréquence des appareils chargés de ravitailler les spationautes. Après avoir accompli leur mission, ils retombent normalement vers la Terre et se consument dans l'atmosphère au-dessus de l'océan Pacifique. (Belga)