La campagne, dotée de 200.000 euros, a pour objectif de sensibiliser la population et démontrer que le racisme est néfaste à la société. "Cela n'a jamais généré de solution mais plutôt l'injustice, la souffrance et le conflit", pointent les responsables de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L'initiative vise à toucher plus particulièrement un public de 15 à 35 ans, dit "ambivalent". Elle se décline sur différents supports et canaux de communication, principalement numériques. En pratique, une vidéo "bande-annonce" de l'action dans l'espace public - jouant sur le lexique en indiquant que le racisme est une impasse et ne mène nulle part - démarre la campagne, qui a pour slogan "Le racisme ne mène nulle part". Elle sera ensuite appuyée par huit capsules vidéo de témoignages de personnalités publiques et anonymes, des spots radio de 20 secondes, des outils pour les réseaux sociaux (comme un décor de photo de profil et un modèle de réponse aux propos racistes), un site internet (www.nullepart.be), des autocollants et des badges. Les spots seront diffusés en radio, sur le réseau de la RTBF, sur les réseaux sociaux d'influenceuses et influenceurs, sur Facebook et Instagram jusqu'à la fin du mois d'avril. Par ailleurs, le ministre Daerden entend donner la priorité en 2021 à la lutte contre le racisme et les discriminations, tant au niveau structurel que sur le terrain. "La Fédération Wallonie-Bruxelles doit être à la pointe du combat contre le racisme, notamment pour aboutir rapidement à la mise en place d'un plan d'action national", ajoute le ministre de l'Égalité des chances. Près de 2 millions d'euros ont été dégagés pour éliminer les préjugés, propos ou actes racistes que cela soit dans un cadre institutionnel ou au c?ur de la société. (Belga)

La campagne, dotée de 200.000 euros, a pour objectif de sensibiliser la population et démontrer que le racisme est néfaste à la société. "Cela n'a jamais généré de solution mais plutôt l'injustice, la souffrance et le conflit", pointent les responsables de la Fédération Wallonie-Bruxelles. L'initiative vise à toucher plus particulièrement un public de 15 à 35 ans, dit "ambivalent". Elle se décline sur différents supports et canaux de communication, principalement numériques. En pratique, une vidéo "bande-annonce" de l'action dans l'espace public - jouant sur le lexique en indiquant que le racisme est une impasse et ne mène nulle part - démarre la campagne, qui a pour slogan "Le racisme ne mène nulle part". Elle sera ensuite appuyée par huit capsules vidéo de témoignages de personnalités publiques et anonymes, des spots radio de 20 secondes, des outils pour les réseaux sociaux (comme un décor de photo de profil et un modèle de réponse aux propos racistes), un site internet (www.nullepart.be), des autocollants et des badges. Les spots seront diffusés en radio, sur le réseau de la RTBF, sur les réseaux sociaux d'influenceuses et influenceurs, sur Facebook et Instagram jusqu'à la fin du mois d'avril. Par ailleurs, le ministre Daerden entend donner la priorité en 2021 à la lutte contre le racisme et les discriminations, tant au niveau structurel que sur le terrain. "La Fédération Wallonie-Bruxelles doit être à la pointe du combat contre le racisme, notamment pour aboutir rapidement à la mise en place d'un plan d'action national", ajoute le ministre de l'Égalité des chances. Près de 2 millions d'euros ont été dégagés pour éliminer les préjugés, propos ou actes racistes que cela soit dans un cadre institutionnel ou au c?ur de la société. (Belga)