Vendredi 23 août à 10 heures, le tout premier trajet d'une navette autonome et électrique dans le cadre d'un projet de recherche en Région de Bruxelles-Capitale a eu lieu sur le Brussels Health Campus de Jette. Le campus a été choisi comme lieu d'essai parce qu'il permet aux chercheurs d'étudier la relation entre l'homme et la machine avec un large éventail d'utilisateurs.

Lieselot Vanhaverbeke, VUB, coordinatrice du projet explique : "Notre Brussels Health Campus s'étend sur près de 32 hectares où circulent chaque jour des milliers d'étudiants, quelque 5.000 travailleurs [...] et des centaines de patients et de visiteurs. Outre la Faculté de Médecine et de Pharmacie, le campus abrite aussi l'Erasmushogelschool, une école primaire, une crèche, un centre de fitness, etc. Cette diversité de publics et de circulations fait du campus un lieu approprié pour notre recherche : nous allons pouvoir y étudier l'acceptation des modes de transport différents, l'aménagement du territoire, l'amélioration des modes des infrastructures et les développements techniques qui y sont associés."

Des solutions pour Bruxelles

Avec le soutien d'Innoviris, Région de Bruxelles-Capitale, les équipes de MOBI et SMIT (Studies Media Information Telecommunication) de la VUB et de LoUIsE (Laboratory Urbanism Infrastructure Ecology) en Faculté d'Architecture de l'ULB réunissent des expertises en mobilité durable, en aménagement du territoire et en "living lab/ laboratoire vivant". Des solutions intelligentes seront testées pendant 6 mois sur le terrain "grandeur nature" pour répondre aux défis de mobilité à Bruxelles.

Le groupe de recherche SMIT partage son expertise en expérimentations de terrain et en recherche co-créative. Il veille à l'implication des différents utilisateurs et partenaires tout au long de processus d'innovation, du concept à la mise en oeuvre et à la validation.

Le laboratoire LoUIsE est chargé des questions spatiales et de design urbain dans ce projet bruxellois.

La navette automatisée, le modèle EZ10 du constructeur français Easy Mile, reconnaît son parcours et de possibles obstacles grâce à un système de senseur, de caméra, de GPS et de V2I-communication (Vehicule to Infrastructure). Un "opérateur" restera à bord pour reprendre les commandes manuelles si nécessaire. Un bouton d'arrêt urgence et des portes à capteurs complètent la sécurité.

La première phase

Lors de la première phase, la navette circulera à une vitesse moyenne de 10 à 15 km/h entre les résidences universitaires et le bâtiment principal de la Faculté de Médecine et de Pharmacie et pourra être utilisée par les étudiants et les membres du personnel. Le véhicule peut accueillir 12 personnes et est équipé d'une plateforme pour fauteuils roulants.

La deuxième phase

À partir de novembre, la navette roulera entre les parkings principaux, les arrêts de bus environnants et l'entrée principale de l'hôpital. Elle roulera donc sur une voie publique. Dans la seconde phase, les patients et les visiteurs pourront monter à bord de la navette.

Greta Pralle