Cette mesure, qui améliorera la prise en charge des résidents sans augmentation de coût de leur part, impliquera notamment la présence obligatoire d'un praticien infirmier de jour comme de nuit, celle d'un médecin coordinateur ou encore la mise à disposition de locaux spécifiquement destinés à la kinésithérapie et à l'ergothérapie. "Le bénéfice de cette mesure est double. D'une part, les résidents vont bénéficier d'un accompagnement pluridisciplinaire plus approprié et, d'autre part, les conditions de travail du personnel soignant (infirmier, aide-soignant, kiné, ergo, logo...) vont être allégées car ils seront plus nombreux pour assurer une charge de travail identique", a précisé la ministre dans un communiqué. En Wallonie, plus d'un quart des personnes âgées de 85 à 94 ans vit en établissement de soins. (Belga)

Cette mesure, qui améliorera la prise en charge des résidents sans augmentation de coût de leur part, impliquera notamment la présence obligatoire d'un praticien infirmier de jour comme de nuit, celle d'un médecin coordinateur ou encore la mise à disposition de locaux spécifiquement destinés à la kinésithérapie et à l'ergothérapie. "Le bénéfice de cette mesure est double. D'une part, les résidents vont bénéficier d'un accompagnement pluridisciplinaire plus approprié et, d'autre part, les conditions de travail du personnel soignant (infirmier, aide-soignant, kiné, ergo, logo...) vont être allégées car ils seront plus nombreux pour assurer une charge de travail identique", a précisé la ministre dans un communiqué. En Wallonie, plus d'un quart des personnes âgées de 85 à 94 ans vit en établissement de soins. (Belga)