Cette nomination "est contradictoire avec les valeurs d'éthique défendues par la déclaration de politique régionale", a affirmé mercredi, en séance plénière, le chef de file du PTB au parlement régional, Germain Mugemangango. Ancienne chef de groupe écolo au conseil communal de Liège, Bénédice Heindrichs avait démissionné en 2017, dans la foulée de l'affaire Publifin, après des informations sur l'exercice de son mandat à la Compagnie liégeoise des eaux. "Dix-sept mandats étaient à pourvoir au sein du SPW et 17 autres au sein des UAP. Le gouvernement a choisi sur base des évaluations des candidats. Ceux-ci se trouvent dans un 'pool' qui n'a plus été renouvelé depuis 2014", a expliqué la ministre De Bue. "Nous allons prochainement relancer le certificat de management public - qui donne accès à ce 'pool' dont seuls les membres peuvent déposer leur candidature à un emploi à pourvoir par mandat en Région wallonne et en Fédération Wallonie-Bruxelles, ndlr - afin de l'élargir et d'attirer de nouveaux talents", a-t-elle ajouté. "Voilà ce qui a guidé le choix du gouvernement", a enfin justifié la ministre. (Belga)

Cette nomination "est contradictoire avec les valeurs d'éthique défendues par la déclaration de politique régionale", a affirmé mercredi, en séance plénière, le chef de file du PTB au parlement régional, Germain Mugemangango. Ancienne chef de groupe écolo au conseil communal de Liège, Bénédice Heindrichs avait démissionné en 2017, dans la foulée de l'affaire Publifin, après des informations sur l'exercice de son mandat à la Compagnie liégeoise des eaux. "Dix-sept mandats étaient à pourvoir au sein du SPW et 17 autres au sein des UAP. Le gouvernement a choisi sur base des évaluations des candidats. Ceux-ci se trouvent dans un 'pool' qui n'a plus été renouvelé depuis 2014", a expliqué la ministre De Bue. "Nous allons prochainement relancer le certificat de management public - qui donne accès à ce 'pool' dont seuls les membres peuvent déposer leur candidature à un emploi à pourvoir par mandat en Région wallonne et en Fédération Wallonie-Bruxelles, ndlr - afin de l'élargir et d'attirer de nouveaux talents", a-t-elle ajouté. "Voilà ce qui a guidé le choix du gouvernement", a enfin justifié la ministre. (Belga)