"Le tourisme est un secteur dans lequel les emplois ne sont pas délocalisables. La Wallonie doit y investir parce qu'il y a des opportunités, mais aussi parce qu'il faut être innovant et miser sur la qualité. Toutes les régions en Europe se découvrent une vocation touristique, la concurrence est importante. Nos forces sont notamment la capacité et la diversité de l'accueil, avec 6.040 hébergements opérationnels, représentant 115.865 lits", indique le ministre Collin. Ces hébergements sont constitués par 468 hôtels, 281 campings, 5.217 hébergements de terroir, 25 villages de vacances et 49 centres de tourisme social. En 2015, ces opérateurs wallons ont totalisé 7,55 millions de nuitées et les 310 attractions ont accueilli 9,3 millions de visiteurs. Les principaux marchés touristiques pour la Wallonie sont la Flandre (2,5 millions de nuitées), les Pays-Bas (1,3 million), les Wallons eux-mêmes (1,07 million) et la France (520.000). (Belga)

"Le tourisme est un secteur dans lequel les emplois ne sont pas délocalisables. La Wallonie doit y investir parce qu'il y a des opportunités, mais aussi parce qu'il faut être innovant et miser sur la qualité. Toutes les régions en Europe se découvrent une vocation touristique, la concurrence est importante. Nos forces sont notamment la capacité et la diversité de l'accueil, avec 6.040 hébergements opérationnels, représentant 115.865 lits", indique le ministre Collin. Ces hébergements sont constitués par 468 hôtels, 281 campings, 5.217 hébergements de terroir, 25 villages de vacances et 49 centres de tourisme social. En 2015, ces opérateurs wallons ont totalisé 7,55 millions de nuitées et les 310 attractions ont accueilli 9,3 millions de visiteurs. Les principaux marchés touristiques pour la Wallonie sont la Flandre (2,5 millions de nuitées), les Pays-Bas (1,3 million), les Wallons eux-mêmes (1,07 million) et la France (520.000). (Belga)