"L'aéronautique, déjà impactée dès 2019 par le maintien au sol de BOEING B737 MAX, figure très certainement parmi les secteurs les plus touchés par cette crise, à côté de l'événementiel, du tourisme et de la culture", affirme le ministre de l'Économie, Willy Borsus, dans un communiqué. Les acteurs wallons de l'aéronautique prévoient deux années à venir très difficiles, ainsi qu'une réduction de 25 à 50% d'activité sur les dix prochaines années. Et ce alors que le secteur doit aussi atteindre les objectifs environnementaux européens, c'est-à-dire une neutralité carbone en 2050. "Avec la crise, certaines grandes entreprises ont dû mettre 30% à 50%, voire au-delà, de leur personnel au chômage, y compris parmi les ingénieurs et les techniciens de haut niveau. Les investissements et les dépenses de R&D ont été significativement réduits. Il y a dès lors un risque majeur d'exode de ce personnel hautement qualifié vers d'autres secteurs ou vers l'étranger", fait valoir M. Borsus (MR). Le gouvernement arc-en-ciel a donc décidé de lancer un projet de recherche alliant technologie et développement durable autour de trois grandes entreprises implantées en Wallonie (SAFRAN, la SONACA et THALES), entourées de PME telles que GDTech, Any-Shape, V2i, MSC Software Belgium, Rovitech, etc., et des centres de recherche agréés (Cenaero, Sirris, CRM, Multitel, etc.) Les projets de recherche soutenus porteront sur les systèmes propulsifs, l'architecture même des avions (aérostructure ultralégère), l'hybridation électrique potentiellement couplée à la propulsion, l'utilisation de nouveaux carburants décarbonés, etc. Une évaluation du projet sera réalisée après la période de 18 mois sur laquelle porte la subvention. (Belga)

"L'aéronautique, déjà impactée dès 2019 par le maintien au sol de BOEING B737 MAX, figure très certainement parmi les secteurs les plus touchés par cette crise, à côté de l'événementiel, du tourisme et de la culture", affirme le ministre de l'Économie, Willy Borsus, dans un communiqué. Les acteurs wallons de l'aéronautique prévoient deux années à venir très difficiles, ainsi qu'une réduction de 25 à 50% d'activité sur les dix prochaines années. Et ce alors que le secteur doit aussi atteindre les objectifs environnementaux européens, c'est-à-dire une neutralité carbone en 2050. "Avec la crise, certaines grandes entreprises ont dû mettre 30% à 50%, voire au-delà, de leur personnel au chômage, y compris parmi les ingénieurs et les techniciens de haut niveau. Les investissements et les dépenses de R&D ont été significativement réduits. Il y a dès lors un risque majeur d'exode de ce personnel hautement qualifié vers d'autres secteurs ou vers l'étranger", fait valoir M. Borsus (MR). Le gouvernement arc-en-ciel a donc décidé de lancer un projet de recherche alliant technologie et développement durable autour de trois grandes entreprises implantées en Wallonie (SAFRAN, la SONACA et THALES), entourées de PME telles que GDTech, Any-Shape, V2i, MSC Software Belgium, Rovitech, etc., et des centres de recherche agréés (Cenaero, Sirris, CRM, Multitel, etc.) Les projets de recherche soutenus porteront sur les systèmes propulsifs, l'architecture même des avions (aérostructure ultralégère), l'hybridation électrique potentiellement couplée à la propulsion, l'utilisation de nouveaux carburants décarbonés, etc. Une évaluation du projet sera réalisée après la période de 18 mois sur laquelle porte la subvention. (Belga)