Pour permettre à ce chantier de se terminer au plus vite, le Collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Bruxelles avait déjà autorisé, il y a plusieurs semaines que les horaires de chantier soient étendus. Ainsi, alors que les travaux étaient jusqu'ici autorisés en semaine entre 7h00 et 16h00 sur le tronçon entre la place de Brouckère et la rue Grétry, le chantier pourra désormais se poursuivre de 6h00 à 18h00, tant en semaine que le week-end. Les travaux devraient ainsi se terminer d'ici mi-2018, comme prévu dans le planning. Il s'était engagé à mettre la main au portefeuille pour encourager l'entrepreneur à accélérer le rythme des travaux.

Dans l'opposition, le cdH, les Verts et la N-VA ont voté contre le déblocage de l'incitant financier. Le groupe DéFI s'est abstenu. Johan Van den Driessche craint que cette accélération se fasse au détriment de la qualité du travail presté, comme des matériaux choisis. Christian Ceux (cdH) et Fabian Maingain (DéFI) ont estimé que le contribuable payait deux fois en raison, notamment, des errements du début de ce projet. De là à penser que le collège a agi à des fins électoralistes, il y a un pas que plusieurs membres de l'opposition n'ont pas hésité à franchir.

Pour permettre à ce chantier de se terminer au plus vite, le Collège des bourgmestre et échevins de la Ville de Bruxelles avait déjà autorisé, il y a plusieurs semaines que les horaires de chantier soient étendus. Ainsi, alors que les travaux étaient jusqu'ici autorisés en semaine entre 7h00 et 16h00 sur le tronçon entre la place de Brouckère et la rue Grétry, le chantier pourra désormais se poursuivre de 6h00 à 18h00, tant en semaine que le week-end. Les travaux devraient ainsi se terminer d'ici mi-2018, comme prévu dans le planning. Il s'était engagé à mettre la main au portefeuille pour encourager l'entrepreneur à accélérer le rythme des travaux. Dans l'opposition, le cdH, les Verts et la N-VA ont voté contre le déblocage de l'incitant financier. Le groupe DéFI s'est abstenu. Johan Van den Driessche craint que cette accélération se fasse au détriment de la qualité du travail presté, comme des matériaux choisis. Christian Ceux (cdH) et Fabian Maingain (DéFI) ont estimé que le contribuable payait deux fois en raison, notamment, des errements du début de ce projet. De là à penser que le collège a agi à des fins électoralistes, il y a un pas que plusieurs membres de l'opposition n'ont pas hésité à franchir.