"Cette loi devait absolument être votée, et personne n'a voulu s'exprimer contre, et maintenant on se retrouve coincés", indique celle qui préside le groupe de travail parlementaire qui est chargé de se pencher sur la question. Le problème est que le Bureau du Plan ne dispose pas du personnel nécessaire pour analyser tous les programmes. Aux Pays-Bas, où un tel système existe depuis plus longtemps, 90 personnes s'attellent à cette tâche. La Belgique dispose pour le moment de 8 personnes, chargées de se pencher sur un minimum de 70 documents. Car les partis ne siégeant pas au Parlement peuvent également soumettre leur programme. "Si la loi reste telle qu'elle est actuellement, nous devons avoir 30 à 40 personnes de plus", indique un responsable du Bureau du Plan. (Belga)

"Cette loi devait absolument être votée, et personne n'a voulu s'exprimer contre, et maintenant on se retrouve coincés", indique celle qui préside le groupe de travail parlementaire qui est chargé de se pencher sur la question. Le problème est que le Bureau du Plan ne dispose pas du personnel nécessaire pour analyser tous les programmes. Aux Pays-Bas, où un tel système existe depuis plus longtemps, 90 personnes s'attellent à cette tâche. La Belgique dispose pour le moment de 8 personnes, chargées de se pencher sur un minimum de 70 documents. Car les partis ne siégeant pas au Parlement peuvent également soumettre leur programme. "Si la loi reste telle qu'elle est actuellement, nous devons avoir 30 à 40 personnes de plus", indique un responsable du Bureau du Plan. (Belga)