"En Belgique, les assurances pour animaux de compagnie restent un marché de niche", explique Wauthier Robyns, porte-parole de l'association sectorielle Assuralia. "Ce type d'assurance existe chez nous depuis une dizaine d'années, mais n'a pas encore fait de percée à grande échelle."
...

"En Belgique, les assurances pour animaux de compagnie restent un marché de niche", explique Wauthier Robyns, porte-parole de l'association sectorielle Assuralia. "Ce type d'assurance existe chez nous depuis une dizaine d'années, mais n'a pas encore fait de percée à grande échelle."Au Royaume-Uni, par exemple, l'assurance des animaux de compagnie est une activité florissante et à part entière et, "non un coin reculé du marché de l'assurance", explique Robyns. Les assureurs savent à quel point les animaux de compagnie sont aimés et font tout ce qu'ils peuvent pour leurs propriétaires. "Lorsque les propriétaires d'animaux se sentent bien traités, ils se révèlent être des clients incroyablement fidèles, qui souscrivent également d'autres assurances."Aujourd'hui, un certain nombre d'acteurs majeurs du marché belge proposent des assurances de santé animale. Corona Direct vend des assurances pour chiens. Les frais vétérinaires imprévus en cas de maladie ou d'accident sont remboursés jusqu'à 3500 euros, selon la formule choisie. Il y a également le remboursement des frais de publicité pour un animal en fuite et une prime financière en cas de vol ou de décès. Selon Corona Direct, les ventes d'assurances pour chien augmentent de 30 % par an.Le leader du marché est la société française SantéVet, active en Belgique depuis 2015. Depuis lors, explique Valérie Cremona Knockaert, responsable du développement international chez SantéVet, le nombre de polices passe du simple au double chaque année. "Aujourd'hui, il y en a environ 10 000. Et nos publicités télévisées, que nous avons commencées au début de cette année, se révèlent être un grand succès"."Le marché belge a un potentiel énorme", poursuit Cremona Knockaert. "Au total, les Belges possèdent plus de 3 millions de chiens et de chats et adorent leurs animaux de compagnie. Néanmoins, moins de 5 % des animaux de compagnie sont assurés".Une enquête menée par Ipsos pour le compte de SantéVet auprès d'un échantillon aléatoire de 1 000 Belges révèle que 6 % des propriétaires de chiens et 2 % des propriétaires de chats ont une assurance pour leurs animaux. Toujours selon cette enquête, les propriétaires d'animaux domestiques belges envisagent l'euthanasie plus rapidement que les propriétaires français si les frais médicaux pour leur animal dépassent 1 000 euros."En même temps", poursuit Cremona Knockaert, "les coûts du vétérinaire augmentent en raison du progrès technique. Opérations, radiographies, examens intestinaux... Il n'est plus exceptionnel que les cliniques vétérinaires disposent d'un scanner IRM pour chiens et chats. Mais ce sont des appareils très coûteux dans lesquels les hôpitaux doivent investir. Ces investissements doivent être amortis et, par conséquent, les coûts du vétérinaire ont augmenté de 70 % au cours des dix dernières années. Une IRM de votre chien peut facilement coûter 500 euros".Éliminer le tartre Selon la compagnie d'assurance et la formule choisie, 50 à 90 % des frais vétérinaires seront remboursés. Certaines assurances remboursent également les dépenses de santé préventives telles que les vaccinations, la stérilisation, la castration ou l'élimination du tartre. Le montant de l'assurance pour animaux peut aller de 12 euros par mois pour un chat et de 15 à 20 euros par mois pour un chien, mais les prix peuvent varier considérablement en fonction de la race et de l'âge de l'animal. "Un berger allemand a d'autres problèmes de santé qu'un chihuahua. Et on sait que les bulldogs français et anglais doivent très souvent consulter ", explique Cremona Knockaert. "Une formule premium coûtera vite 70 euros par mois. Mais si vous comparez cela aux coûts réels, l'assurance est toujours 'avantageuse'".SantéVet se targue de travailler en étroite collaboration avec les vétérinaires, et ces derniers ont également un intérêt financier à promouvoir l'assurance maladie pour les animaux de compagnie. Car, selon Cremona-Knockaert : "Un animal assuré va plus souvent chez le médecin".Trois fois plus pour être exact. "Un animal non assuré va chez le vétérinaire en moyenne une fois par an, un animal assuré trois fois. Et les dépenses sont plus élevées. Avec un animal non assuré, les propriétaires dépensent en moyenne 70 euros par visite, avec un animal assuré c'est 120 euros par visite".Peter Grootveld, vétérinaire et président de l'Association professionnelle des vétérinaires (IV-DB), n'est pas opposé par définition aux assurances maladie pour animaux de compagnie, mais il souligne l'importance de lire attentivement les petits caractères des contrats. "Les gens ne se rendent parfois pas compte qu'il y a un délai de six mois avant que les dépenses liées à la maladie ne soient remboursées. J'ai également eu un chien dans mon cabinet dont les frais de santé sont devenus trop élevés et qui a été éjecté par la compagnie d'assurance. Et c'est loin d'être un cas unique".Grootveld connaît la situation dans des pays comme la Suède, où 90 % des animaux ont une assurance. Un effet secondaire de cette situation est que le coût de la médecine vétérinaire augmente de manière exponentielle. "Une opération qui nous coûte 300 euros coûte au moins 3000 euros en Suède." Les vétérinaires réclament également des honoraires plus élevés, alors qu'en Belgique, selon Grootveld, ils sont "relativement bas". La question est donc de savoir qui seront les bénéficiaires finaux du système. Il semble que les vétérinaires et les compagnies d'assurance soient les premiers concernés.Un beau voyage Une différence fondamentale entre la médecine humaine et la médecine animale est que les personnes, qui sont toutes membres du système de sécurité sociale, effectuent en principe tous les examens et interventions requis par le diagnostic médical. Dans le cas des animaux, la capacité financière des propriétaires est également prise en compte."Il y a toujours différentes options et vous les évaluez en fonction de ce que le propriétaire peut ou veut payer", explique Grootveld. "Mais si vous avez un chien moyen, vous aurez rarement, voire jamais, à faire face à des frais médicaux élevés. Si vous mettez de côté le montant de la police d'assurance maladie la moins chère, soit environ 20 euros par mois pendant 10 ans, la durée de vie moyenne d'un chien normal, il y a de fortes chances que vous puissiez faire un beau voyage avec ce montant. Ce que je dis maintenant va peut-être à l'encontre de mon business, mais c'est la vérité".